David Azencot

 

David Azencot diplômé de «Sciences Po », s’est lancé dans le stand-up après un passage dans la pub où gagné par la lassitude, il en avait fait le tour, il démissionna.
Ses premiers amours sont l’écriture : il est un poète des temps modernes qui ne mâche pas ses mots à l’image de Pierre Desproges, l’une de ses références, réputé pour son humour noir et son sens de l’absurde et « les Nuls » dans leur folie.

Il nous présente son troisième spectacle : Inflammable

Inflammable comme il le souligne car il préfère cette qualification à corrosif, inflammable comme le graphisme de son affiche qu’il a travaillé avec un ami de la pub qui représente sa tête à la chevelure hirsute, ce qui n’est pas innocent quand on a vu le spectacle.

 

david 3Tout commence comme une gosse production : une entrée fracassante avec musique, lumières, fumée et un gobo projetant son visage sur le mur du fond de scène.

Et David Azencot, la quarantaine épanouie, décontracté avec son œil vif et son petit sourire au coin des lèvres, un tantinet narquois, commence à égrener avec beaucoup d’humour, de recul, son chapelet de réflexions, de blagues, de bons mots sur une société française qu’il considère au bord de la faillite, sans doute une des raisons pour laquelle il ne veut pas d’enfant : pensez donc il y a déjà plus de 7,5 milliards d’humains sur la terre…alors…

Tous les sujets d’actualité y passent, un bilan pas très « réjouissant » sur la pauvreté, les animaux, le terrorisme, l’alimentation, le foulard, la religion, l’écologie, la politique, le sexe, les portugais allez savoir pourquoi…, les hommes, les femmes, les guerres…
La censure sur scène est un mot absent de son vocabulaire et il n’hésite pas à se moquer de lui-même.

david 1Sa vision n’est pas très optimiste, pique pour certains, mais ce décalage fait rire, même sur les sujets « graves » et la jeunesse présente s’en donne à cœur joie dans les rires et les applaudissements.

Avec lucidité, une voix posée et un jeu sobre (passé par les cours Florent), à l’inverse de tous ces jeunes chiens fous du stand-up actuel, il fait passer ses messages de tolérance, d’espoir que nous devrions avoir si nos comportements changent. Lui il s’en fout dans 30 ans il ne sera plus là.
Sur une musique « à la Debussy », il nous compose un poème « j’écris ton nom » et nous laisse dans nos réflexions…trois petits tours et puis s’en vont…

 

Olivia Moore a mis en scène son spectacle tout en dosant habilement les rebondissements pour éviter les écueils du stand-up et enflammer le public.

Pour les amateurs d’humour noir, de grain de folie, et si comme moi vous êtes curieux alors rendez-vous au sentier des Halles découvrir un artiste pas comme les autres.

 

« Inflammable » : au Sentier des Halles, les dimanches à 19h.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close