Anatomie de la joie

 

« Anatomie de la joie » d’Anne Cadilhac et Sandrine Montcoudiol au théâtre Essaïon, dans une mise en scène de Yann de Monterno et une collaboration artistique d’Eric Verdin, est un hymne à la joie que Beethoven n’aurait pas renié.

Après m’avoir régalé dans « Violette Fugasse » (voir à ce sujet mon précédent billet) avec sa très belle voix chaude et profonde, pour l’occasion à l’accent stéphanois, Sandrine Montcoudiol est cette fois-ci co-auteure de ce texte joyeux avec Anne Cadilhac.

IMG_2820Dans le rôle d’une professeure en neurosciences, alias Fleur de Tolbiac, elle s’adresse à nous, mécènes d’une soirée, pour assister en direct à son expérience, tout ce qu’il y a de plus scientifique, sur la démonstration de l’existence d’un gène de la joie, qu’elle a modestement baptisé « gène de Tolbiac ».
Pour mener à bien cette expérience, pour étayer son hypothèse qu’elle étudie depuis plusieurs années, il lui fallait un cobaye en la personne de la pétulante pianiste Camille Corbillard, alias Anne Cadilhac.
Cette pianiste est un cas dont la science doit s’occuper, car elle ne connaît jamais la déprime, elle est en joie permanente, ce qui trouble fortement notre professeure.
Le seul défaut de sa « cuirasse » est qu’il lui faut une bonne nuit de sommeil pour faire le plein de cette « énergie » et pour se prêter à cette expérience, sous peine de bavures…
Sa seule exigence est de pouvoir jouer du piano pendant l’expérimentation.
Tous les ingrédients sont réunis pour passer une soirée musicale, laissant libre cours à tout un tas d’émotions, de fantaisie dans un face à face burlesque où tout peut arriver jusqu’au dénouement…

C’est donc autour d’un répertoire musical très festif que notre brune « Fleur de Tolbiac », bon chic bon genre, va passer à la moulinette notre blonde « Camille Corbillard », à la joie déroutante.
Deux femmes que tout oppose, mais qui doivent faire équipe au nom de la science !
Il faudra mettre son agacement dans son mouchoir et faire fi des impondérables de sa blondeur…

anatomie de la JoieMais au fond qu’est-ce que la joie ?
Une émotion, une grâce, un mystère, une connaissance ?
Dans ce monde très chahuté, où l’on a tendance à voir le verre à moitié vide, ce spectacle donne certaines clés du bonheur qui conduisent à la joie. Un moment de réflexion en musique et en chansons où chacun y puisera ce qui lui manque.
Prenez par exemple « y’a d’la joie » de Charles Trenet, eh bien ses paroles et son tempo ne peuvent qu’engendrer de la joie !
Et notre pianiste, à la joie certaine, ne peut, même quand elle joue un prélude de Chopin, si romantique, un tantinet triste, s’empêcher d’y introduire des notes ébouriffantes d’une chanson de Claude François ! Le gène !
Tout un répertoire musical, au service de la recherche du gène dans l’ADN de notre cobaye, que notre chère professeure extraira, à plusieurs reprises, au détour d’un air de Brahms ou d’une cantate de Bach, sans oublier bien sûr l’immanquable « Ode à la joie » de Ludwig van Beethoven, pour l’étudier.
Des scènes très drôles se succéderont pour alimenter la théorie de notre professeure Fleur de Tolbiac, avec un irrésistible « Avec le temps » de Léo Ferré ou bien encore avec une évocation de Jean Yanne, Henri Salvador ou même encore Jeanne Moreau.
Comment rester de marbre quand dans ses crises d’insomnie, notre pianiste croit voir la professeure déguisée en pingouin !

Un spectacle qui n’engendre pas la mélancolie, où l’on rit beaucoup, mis en scène dans une belle fantaisie par Yann de Monterno. Il a su tirer profit des belles voix de Sandrine Montcoudiol et d’Anne Cadilhac, qui de surcroit est une excellente pianiste. Deux comédiennes espiègles à souhait, qui à elles seules sont une belle définition de la joie.

 

« Anatomie de la joie » au théâtre Essaïon, les lundis et mardis à 19h45, jusqu’au 18 juin.

 

 

2 réflexions sur « Anatomie de la joie »

  1. Bruno
    Merci pour ce magnifique article intelligent et approfondi.
    Une erreur juste à vous signaler. Le texte est de Anne Cadilhac Et Sandrine Montcoudiol. Sandrine n’est donc pas au service du texte de Anne Cadilhac puisque nous sommes co auteures!
    Merci encore
    Anne Cadilhac

    J'aime

  2. Toutes mes excuses Anne, l’erreur est réparée.
    Bonne journée

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close