L’Analphabète

 

« L’Analphabète » d’Agota Kristof par Catherine Salviat, sociétaire honoraire de la Comédie-Française, à l’Artistic Théâtre, est un récit poignant sur la sublimation de la langue française.

 

Analphabete-AFFICHEEn mars dernier, j’avais été sous le charme du grain de folie de Catherine Salviat dans « Les rivaux » (Cliquez) dans ce même théâtre.
Aujourd’hui, elle est toujours aussi espiègle et son phrasé nous emporte avec délice dans ce récit autobiographique que l’on croirait écrit par elle, tellement elle y met de la passion, de la fantaisie, comme si elle nous racontait sa vie.
Un récit que le metteur en scène Nabil El Azan, aujourd’hui disparu, lui fit découvrir…une sorte d’hommage que lui rend sous nos yeux Catherine Salviat.

Le récit de cette vie, celle d’Agota Kristof d’origine hongroise née en 1935, découpée en plusieurs chapitres et évoquée par les petites rondes de Catherine Salviat, commence à quatre ans ; au sein d’une famille composée d’un père instituteur et d’une mère enseignante en arts ménagers mais qui s’occupe aussi de son jardin potager.
Un père instituteur, le seul du village où il n’y a pas de gare, ni d’électricité, ni l’eau courante, ni le téléphone mais qui enseigne pour toutes les classes d’âges.

La cour de récréation sépare leur maison de l’école où de temps en temps elle y rejoint son père quand sa mère l’a punie.
Elle s’assoit au fond de la classe, observe et très vite sait lire couramment.
Une salle de classe qui sent bon la craie, l’encre ou encore le papier a contrario des odeurs de cuisine de la maison familiale où sa mère s’affaire.

Une petite fille qui lit tout ce qui lui tombe sous la main, sous ses yeux : enfin bref tout ce qui est imprimé !L'Analphabète

Un récit de cet exil composé de phrases courtes, qui vont à l’essentiel dans les images qu’elle veut nous transmettre, sans fioriture, mais qui provoquent l’émotion, la réflexion.
Des phrases simples pour une vie qui se veut tout aussi simple malgré son lot extraordinaire d’aventures, de rencontres qui lui forgeront son avenir.

Passons sur son enfance « heureuse », malgré la pauvreté et les internats, pour le départ de son exil qui la conduira pour le reste de sa vie en Suisse où les moments influents de sa vie l’attendent.
1956, Agota Kristof quitte la Hongrie en compagnie de son mari et de sa fille âgée seulement de quatre mois. Un périple à travers plusieurs pays, dans la neige, la boue et le froid, avant son arrivée en Suisse avec ses anecdotes croustillantes.
Ce qui est surprenant dans ce récit est la place donnée à « l’homme ».
Elle parle de ce mari et ensuite plus rien, elle restera très discrète sur sa vie personnelle, sur ses épisodes masculins, les maris qui ont traversé sa vie.
Une Suisse « francophone » qui l’accueillit à bras ouverts et lui offrit du travail dans une usine d’horlogerie…eh oui nous sommes en Suisse !

Un travail pas tellement intellectuel qui lui laisse le loisir de penser et d’écrire ensuite, le soir, des poèmes…en langue française…qu’elle aura réussi à étudier pour une intégration maîtrisée.
La libération de la parole pour la langue « ennemie » comme elle aime l’appeler en opposition à sa langue maternelle.

Une écriture couronnée de succès, de prix pour ses pièces radiophoniques entre autres, qui lui ouvrirent les portes de la notoriété et des maisons d’éditions pour ses romans et ses nouvelles traduits en de nombreuses langues étrangères.

L'Analphabète 4

La vie d’une femme passionnée, riche en péripéties, qui se considéra aux derniers souffles de sa vie, dans les méandres de la langue française, comme une « Analphabète »…mais qui revint dans ses derniers écrits à sa véritable identité avec le hongrois pour langue.

Catherine Salviat joue avec élégance et un rythme qui lui est propre ; accompagné d’une articulation sans faille et d’un œil qui frise aux lumières étincelantes prolongé par ses sourires et ses moues, elle nous délecte des mots simples d’Agota Kristof.
Dans le geste souverain et avec une émotion palpable, elle partage avec son public son bonheur d’interpréter ce texte qu’elle nous transmet avec justesse et finesse.

 

« L’Analphabète » à l’Artistic théâtre, le mardi et le vendredi à 19h, le mercredi et le jeudi à 20h30, le samedi à 16h et le dimanche à 15h.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close