Des souris et des hommes

 

« Des souris et des hommes » de John Steinbeck, adapté et mis en scène par Jean-Christophe Pagès au théâtre du Lucernaire est la formidable rencontre, à la vie, à la mort, entre un auteur et son interprète.

 

afficheDans le théâtre noir du Lucernaire se joue, sur un plateau nu où seuls quelques accessoires viendront donner corps au récit, un instant de vie en noir et blanc sur fond de crise économique et sociale ; le krach de 1929 étant passé par là en laissant dans son sillage de nombreuses séquelles, de nombreux traumatismes, difficiles à combler, à réparer.
Des secousses, tel l’effet papillon, qui se propageront dans tout le pays et en particulier dans cette Californie si chère à Steinbeck dans ses écrits.

Depuis quatre années germe dans les têtes de Jean-Christophe Pagès et Thierry Bilisko l’adaptation de ce monument de la littérature américaine, écrit en 1937, en un seul en scène ou presque.
Une réflexion profitable qui a fourni un renversant résultat de justesse dans ce duo, ce duel entre George et Lennie.
Un George pragmatique, débrouillard, à l’œil vif, connaissant toutes les ficelles du métier et qui sait se vendre, opposé à son ami Lennie, un simple d’esprit au grand cœur, en mal d’amour et de tendresse, passionné par les caresses mais qui ne sait pas contrôler sa force, ses pulsions.0001_Photo_-_Des_souris_et_des_hommes__5__©Chloë Fidanzi WEB

Deux hommes, unis par leur amitié, souvent sur les routes de la vallée de Salinas à cause des maladresses de Lennie, où ils vendent leurs bras aux exploitants agricoles, dont la mécanisation n’est pas encore optimum. Ceci dans le but de « capitaliser » un pécule qui leur permettrait d’être les propriétaires de leur ferme où les lapins gambaderaient dans la luzerne, eux qui empreints de liberté sont las de ne pas avoir de famille, de chez-soi.

Avec infiniment de grâce Thierry Bilisko, à la stature impressionnante, passe d’un personnage à l’autre avec beaucoup de finesse, sans tomber dans la complaisance et la caricature. L’émotion de ses yeux brille au milieu de ces quatre projecteurs qui sur le plateau donnent vie à l’intrigue.
Chaque geste, chaque intonation est étudié avec précision et rendu dans une parfaite harmonie et une remarquable sobriété, entre tous les personnages qu’il interprète seul en scène : George, Lennie, Curley, Candy…
0004_Photo_-_Des_souris_et_des_hommes__7__ ©Chloë Fidanzi WEBUne première dans cette adaptation de ce roman, aux multiples clefs sociales, où un homme joue à lui seul tous les personnages de ce roman très court mais très dense en émotion.
Une juxtaposition des solitudes ponctuée avec les pas de danse de Carole Bordes qui interprète dans une sensualité, à la beauté troublante, la tentation par laquelle le drame prend vie.
Comment résister à l’admiration du tableau de la séduction qu’incarne la femme de Curley, cette beauté fatale qui sans une parole fait chavirer tous les cœurs, sans y succomber ?
0008_Photo_-_Des_souris_et_des_hommes__9__ ©Chloë Fidanzi WEBDans sa robe rouge sang qui appelle à sa destinée, la femme flotte dans les airs sur les notes découpées de la musique d’Ericnemo, interprétée sur scène par RiZbo. Une poésie musicale qui se confond avec la poésie du texte de Steinbeck.
Pour lier toutes les scènes, les actions, Jean-Christophe Pagès a fait appel à la voix de Xavier Lacouture, qui tel le narrateur délivre les didascalies permettant la progression de l’histoire dans des lumières froides et crues qui baignent la forêt et le ranch, témoins de la misère et de la solitude de leur aventure.

0002_Photo_-_Des_souris_et_des_hommes__6__©Chloë Fidanzi WEB

 

Un plaidoyer sobre mais efficace contre le racisme, le rejet du handicap, de la différence, dans cette Amérique pudibonde où l’on s’aperçoit que de nos jours pas grand-chose n’a changé…

 

« Des souris et des hommes » au Lucernaire, du mardi au samedi à 18h30, matinée le dimanche à 15h, jusqu’au 15 mars.

2 réflexions sur « Des souris et des hommes »

  1. PAGES Jean-Christophe 31/01/2020 — 11:32

    Merci beaucoup Bruno, très touché par votre article ! Magnifiquement écrit. Petit détail si possible : ericnemo sans h, pouvez-vous corriger ? Jean-Christophe Pagès, metteur en scène

    J'aime

  2. Bonjour Jean-Christophe,
    Merci pour votre retour, et toutes mes excuses, mon erreur est corrigée.
    Je vous souhaite une bonne journée et un bon week-end.
    Bruno

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close