Blanche

« Blanche » mise en mots par Mélanie Viňolo et mise en scène par Hervé Estebeteguy dans le parc de Baroja à Anglet par la cie.hecho en casa est une saga familiale contée noblement sur des générations au crépuscule d’une vie bien remplie.

Sur le principe d’un jeu bi-frontal comme l’affectionne la Comédie Française avec sa salle du Vieux Colombier, la cie.hecho in casa a pour sa première fois joué en plein air, dans un esprit de ruralité, pour être au plus près des spectateurs, les rendant ainsi complices de l’aventure de Blanche, notre héroïne au grand cœur mais à la mémoire vacillante.

Une table massive très longue comme on a pu en voir récemment…en noyer massif, trône au milieu de l’espace scénique. Divers éléments de l’intérieur de la vie d’une maison viennent compléter cette atmosphère chaleureuse alimentée par une cheminée qui réchauffe autant les pieds que le cœur, où une armoire aura par sa présence toute son importance. Elle est plantée dans le décor, crée par l’Atelier Moa, pour jouer avec les comédiens, étant le passage obligatoire pour révéler à nos yeux un cycle qui traversera les deux guerres : un personnage à part entière.

Dans une mise en scène très fluide et très astucieuse d’Hervé Estebeteguy au service de ses comédiens, dont il surveillera tout au long de la pièce, avec des yeux d’enfants ébahis devant la découverte de leurs cadeaux de noël, nos protagonistes évoluant avec légèreté au fil du temps dans des allers-retours continuels selon la mémoire fluctuante de notre conteuse au nom évocateur de Blanche, mis en lumière par Julien Delignères.

Blanche est née un matin d’hiver, le 24 décembre, dans une maison baignée par une neige abondante, par une belle lumière inondant les champs autour de la maison située au cœur de la ferme familiale, lui donnant ainsi son nom.
Son grand frère Gabriel, très ému par l’arrivée de ce petit bout, supplantera une mère qui ne prodiguera pas l’affection que ce petit être est en droit d’attendre.

Qu’à cela ne tienne, elle surmontera toutes les épreuves, qui traverseront son parcours riche en rebondissements, qu’elle s’apprête à nous conter avec toute la ferveur qui l’anime.

Le fil conducteur de cette histoire extraordinaire sera la préparation d’une soupe de saison, qui nous apportera tout un lot d’humour en opposition aux tourments qui forgeront son caractère, sa soif de vivre intensément les joies qui jalonneront son chemin de vie.

Au crépuscule de sa vie, avant de partir, sa valise en main, en fanfare pour clore cette épopée, dont le public sera acteur de cette folie, Blanche dans un ordre qui évoluera au fil de sa mémoire instable, alimentée par des flash-back fréquents, contera avec enthousiasme son parcours jalonné de péripéties tantôt gaies, tristes, mais toujours avec humour, avec son œil rieur, avec une force de combattante vis-à-vis des épreuves qui se présenteront dans son parcours à l’aide de ses fantômes.

Des fantômes, enveloppés de blanc des pieds à la tête par la plasticienne Annie Onchalo, principaux acteurs, évolueront dans l’appel des souvenirs désordonnés de Blanche, autour desquels graviteront des « auxiliaires », serviteurs de la mémoire.
En premier lieu, son frère Gabriel joué comme un soleil à la lumière affectueuse par Arthur Pérot, qui sera un gaillard protecteur dont la soif de liberté l’amènera à quitter le foyer.
Puis sa mère Louise au caractère bien trempé confirmé par son apparence, habillée d’une noirceur anxiogène, interprétée tout en nuances par Diane Lefébure sera la pièce maîtresse de sa mémoire.
Quant à Camille Duchesne au doux nom de Sadia qui signifie, en arabe « belle au visage radieux », sera dans une chaleur revigorante, sa protectrice vis-à-vis d’une mère volontaire, rigide depuis la disparition de son mari Constant, dans une interprétation qui nous donne le sourire, la joie de suivre, sans s’ennuyer une minute dans la traversée de ce projet intergénérationnel.

De la petite enfance de Blanche dans cette Algérie qui l’a vu naître, à son départ pour une maison de retraite en France, nous assisterons à son émancipation à Paris par la famille Dubard.
Elle l’amoureuse des livres avec son préféré « L’écule des jours »  de Boris Vian.
Dans un désordre bien orchestré, nous assisterons, par exemple, dans une scène pittoresque, à son éducation sexuelle délivrée par son amie Mireille, délurée à souhait, en prévention de succomber à son premier amoureux Gaston. Elle a dix-sept ans, il en a vingt-cinq : précoce la gamine ! Où encore à cette répétition joyeuse d’une pièce de théâtre avec son promis Constant.

Des évocations, dans une tendresse mesurée et toujours optimiste, nous feront voyager avec ses amours ancrés au fond de sa mémoire.
Des musiques, dans une création sonore de Mathias Goyheneche, jalonneront sa pensée : d’Erik Satie avec sa délicate gymnopédie n°1, à la valse de la fête des moissons aux rubans multicolores, flottant dans le vent, en passant par une java à l’accordéon endiablé, mais aussi une « Lili Marlene » au micro évocateur, sans oublier ce chant berbère chanté a cappella qui donne le frisson, contrebalancé par le « Non je n’ai pas oublié » d’Enrico Macias.
Yves Montand sera également de la partie avec ses « Trois petites notes de musique » à l’image de cette saga familiale en perpétuel mouvement.

Mélanie Viňolo nous offre un texte lumineux, optimiste, intime, qu’elle interprète dans une virtuosité époustouflante.
Elle a une présence, un jeu, qui nous captivent sans lâcher une seconde l’attention du public qui lui répond par une profonde admiration.
Un spectacle qui donne de l’espoir dans l’être humain.

Elle nous laisse orphelin de son odyssée, de sa mémoire…mais si tout cela n’avait été qu’un rêve…

« Blanche » dans le parc de Baroja à Anglet, le 07 mai : d’autres dates sont disponibles sur leur site : http://www.cie-hechoencasa.com
La compagnie sera également présente au festival d’Avignon off avec trois de leurs créations.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close