Les amants de Varsovie

 

 

« Les amants de Varsovie » d’Ewunia Adamusinska-Vouland au Studio Marie-Bell dans une mise en scène de William Mesguich est la caresse des âmes voluptueuses qui voyagent dans les ruelles de Varsovie à la recherche de l’Amour.

 

afficheVarsovie, Pologne, deux entités meurtries par la bêtise humaine mais contées aujourd’hui dans un passé laissant respirer l’amour, sa recherche, son authenticité.

Je ne sais pas si je serai objectif, le polonais, langue des mes ancêtres qui me transporte d’émotions surtout quand elle est chantée par la sublime voix d’Ewunia.

Une présence troublante, incarnant l’âme slave dans toute sa justesse, sa poésie, dotée de ce sourire, ce visage illuminé qui vous emportent sur les pas de l’amour dans un voyage aux frontières de l’érotisme.Amants de Varsovie Ewunia Yves Dupuis photo Paul Evrard 6

Des mots, des paroles, choisis avec délicatesse, témoins de ces rencontres entre l’âme seule, l’âme perdue et son sauveur où la tendresse côtoie l’ivresse de la passion.
Une évocation onirique alliant le charme et la beauté de ces inconnus voyageant dans les ruelles de Varsovie, capitale au grand cœur, bousculée par la vie, vie qui s’anime sur ses terrasses et ses cafés.
L’ancien joue avec le moderne pour se confondre dans la couleur de la renaissance.

Amants de Varsovie Ewunia Yves Dupuis photo Paul Evrard 5Un choix judicieux des chansons, mises en valeur par les notes de musique frappées fougueusement par les doigts agiles d’Yves Dupuis, qui signe tous les arrangements avec une intelligence du cœur, composent ce spectacle aux images nostalgiques.
Ewunia a lié les chansons avec un texte où les deux langues, le français et le polonais se marient harmonieusement, et résonnent dans notre corps comme le battement d’un cœur épris de liberté, d’amour.

Un récit à la respiration qui libère les amants, aux souffles légers, où les baisers viennent donner vie à ces passions naissantes.
Au coin d’une rue, assis sur un banc, sous le regard bienveillant d’une mésange, ou à l’abri des œillades sur les fauteuils d’un cinéma muet, nous serons témoins de leurs rencontres, de leurs secrets.Amants de Varsovie Ewunia Yves Dupuis photo Paul Evrard 1
Du marin à l’amant désespéré en passant par la vamp à la recherche de son prétendant, sur les pas d’une danse enivrée, nos amants s’étreindront jusqu’à plus soif, jusqu’à la séparation, jusqu’à la mort.

Seront-ils capables de s’aimer tout simplement, sur les notes d’une valse ou sur un rythme plus endiablé de cette symphonie aux caresses brûlantes ?

Un piano et une voix aux couleurs subtiles produisent un récital rempli d’émotions. Leur complicité portée à son paroxysme exulte ces amants de Varsovie, partageant leurs rêves, leurs passions, leurs rires.Amants de Varsovie Ewunia Yves Dupuis photo Paul Evrard 4

L’âme slave flotte délicieusement dans les airs évoquée par les chansons de ce récital qui flatte nos oreilles.
De « Aime moi et je serai tienne » à « Varsovie s’habille de gris » en passant par « J’ai peur de dormir toute seule » ou encore « Le sexe est en moi », nous sommes suspendus aux lèvres d’Ewunia qui nous livrent aussi une évocation très raffinée de l’automne avec en point d’orgue « Les feuilles mortes ».

 

Le très sensible William Mesguich a rejoint ce duo pour y ajouter son grain de folie et sa passion amoureuse pour les beaux textes : un fougueux mélange entre la comédie et le chant.Amants de Varsovie Ewunia Yves Dupuis photo Paul Evrard 3
Il donne de la couleur, de la lumière et de la vie à cet hymne à l’Amour, tout en construisant les passerelles qui permettent de ne pas s’ennuyer un seul instant dans les changements de lieux ou de costumes. Ajoutant de-ci de-là un accessoire renforçant le message.
Un récital éclairé par les délicates lumières de Richard Arselin qui sont comme des signes de ponctuation aux judicieuses pauses et nous voilà partis pour un voyage musical palpitant d’une heure et quart.

Laissez-vous guider dans les ruelles de Varsovie par Ewunia Adamusinska-Vouland et Yves Dupuis, vous ne serez pas déçus.

 

« Les amants de Varsovie » au Studio Marie-Bell, les lundis et mardis à 20h30, jusqu’au 28 avril.

3 réflexions sur « Les amants de Varsovie »

  1. Greetings from Los angeles! I’m bored to death at work so I decided to browse your blog on my iphone during lunch break.

    I enjoy the info you present here and can’t wait to take a look when I get home.
    I’m amazed at how quick your blog loaded on my cell phone ..
    I’m not even using WIFI, just 3G .. Anyhow, amazing site!

    J'aime

  2. This is very interesting, You are a very skilled
    blogger. I have joined your rss feed and look forward to seeking more of your wonderful post.
    Also, I have shared your website in my social networks!

    J'aime

  3. I need to to thank you for this great read!! I certainly
    loved every bit of it. I have got you book-marked to look at new stuff you post…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close