À propos

Le théâtre est ma passion, sans idée préconçue sur son genre…même si j’ai un faible pour le rire.
« Les gens drôles peuvent être sérieux, seuls les imbéciles sont toujours graves. » José Artur

bruno2

Quelques anecdotes sur mon parcours….
D’aussi loin que je me souvienne j’ai toujours aimé être sur scène, captiver l’attention du public et le faire rire.
Je me souviens qu’en CP pour le spectacle de fin d’année l’institutrice m’avait choisi pour mener le petit groupe dans un costume de chinois confectionné par les belles mains de ma maman.
Ensuite en CE2, j’ai eu une institutrice qui avait monté un atelier théâtre en laissant libre cours à notre imagination en montant des sketches ; et en compagnie d’un camarade Jérôme Eskénazi nous improvisions sur différents sujets rendant nos camarades hilares.
Pendant mes années de collège, j’avais une pionne Mathilde Maraninchi qui préparait, selon ma mémoire, un « doctorat de mise en scène » ; et pendant ces quatre années j’ai fait partie de son atelier où j’ai appris le mime, le théâtre classique, les claquettes, l’improvisation, le clown…cet atelier se produisait chaque fin d’année pour un spectacle donné devant tous les parents ; ce furent mes premières réelles émotions sur scène, où je prenais conscience de la réception de notre travail par le public et de la joie de l’entendre rire. L’adaptation du « Petit prince » est un souvenir inoubliable.
Les sorties théâtre qu’elle organisait, étaient aussi pour nous une ouverture sur un autre monde, ce fut la découverte du théâtre de la Ville (dont des années plus tard je pris mes abonnements quand il fut dirigé par Jean Mercure…le chevalier à la rose, l’Art de la comédie, le canard sauvage, le Tartuffe, Volpone, le bonheur des dames, une journée particulière, une station service, Peer Gynt, Richard III,…) avec une pièce de Jean-Michel Ribes qui nous avait marqués : « l’Odyssée pour une tasse de thé ».

Parallèlement ma mère me donnait l’autorisation le soir de regarder à la télévision les pièces de la série « Au théâtre ce soir ». Ce fut la confirmation de ma vocation de vouloir faire rire, comment résister aux maîtres de la comédie, de cet art noble qu’est le boulevard si souvent décrié, tels que Jacqueline Maillan, Maria Pacôme, Sophie Desmarest, Micheline Dax, Marthe Mercadier, Jean Le Poulain, Jacques Charon, Robert Hirsch, Robert Lamoureux, Jean Poiret, Michel Serrault. Ma mère ressortait de ces séances couverte de bleus tellement j’avais ri (je lui donnais des coups de coude) : je garde en mémoire la pièce de Robert Thomas « La perruche et le poulet » interprétée par Jane Sourza (sa dernière apparition) et Raymond Souplex.

Pendant mes années lycées ce fut plus calme, mais j’ai le souvenir inoubliable d’avoir assisté en 1978 à « Maître Puntila et son valet Matti » de Bertolt Brecht au TEP avec le génial Henri Virlojeux (Puntila) qui traversait le décor avec une voiture et Jacques Weber (Matti).

Et puis ce fut mon entrée dans la vie active (ma situation familiale ne m’ayant pas permis d’entrer par exemple dans un conservatoire) et la création de ma troupe de théâtre avec ma sœur de cœur Odette Noize, avec un répertoire axé sur le rire, vous l’aurez compris.
Des années de folie, des créations, des tournées, des souvenirs de nos publics écroulés de rire, une joie immense au cours de ces années où nous avons eu le plaisir d’avoir la collaboration de professionnels qui nous ont apporté une aide précieuse : Nicole Dehayes pour les costumes, elle était « régisseur costumier » à la Comédie-Française. Elle nous a permis de jouer dans des costumes qu’elle louait pour des pièces de Feydeau, Courteline, Roussin ; et pendant de nombreuses années nous avons eu la collaboration de Jean Raimondi, il était chef de l’atelier peinture à l’opéra de Paris. Il a réalisé pour toutes nos créations nos maquettes des décors et ensuite une fois que nous avions fabriqué les décors, il apportait sa touche, sa patte, son savoir-faire pour que la magie opère.

La joie et la fierté aussi d’avoir eu comme marraine Laurence Badie et comme  parrain Henri Garcin qui furent présents à plusieurs de nos créations, en compagnie entre autres de Jean-Jacques Bricaire, Marion Game ou Pierre Maguelon.

Adhérent de la FNCTA et du Codévota, nous avons aussi pendant des années suivi des stages de formation, de perfectionnement, comme par exemple sur la voix (vecteur essentiel à mes yeux pour transmettre des émotions) et le comportement du corps sur scène, participé à des festivals.

Des rencontres inoubliables comme celle avec Pol Quentin quand nous répétions « Une clé pour deux » pièce qu’il avait adaptée et dont il trouvait notre travail très intéressant.
Mais ce fut nos échanges au sujet de son adaptation de « Amadeus » de Peter Shaffer qui m’enrichirent, son travail afin que toutes les répliques puissent coller à la musique de Mozart. Je fus debout à applaudir comme un fou François Perier et Roman Polanski au théâtre Marigny lors de sa création en 1982.

Pour en revenir à ce blog, depuis ces derniers mois j’ai assisté à des dizaines de pièces de théâtre dont je faisais part de mes impressions par l’intermédiaire de mes tweets, contenu limité forcément par le nombre de caractères ; c’est pourquoi j’ai décidé aujourd’hui de lancer modestement mon blog pour vous faire partager d’une façon un peu plus nourrie mes impressions et vous donner l’envie d’aller au théâtre !
Car le Théâtre c’est la vie !

 

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close