Deuxième acte

 

« Deuxième acte » le nouvel album, sorti le 13 mai dernier, de Célestin, est un patchwork de messages décalés, distribués dans la douceur d’une colère sous-jacente, sur un tempo très marqué, batteur oblige.

 

Trentenaire, Célestin de son patronyme Sébastien Rambaud est un artiste complet qui a la tête dans les étoiles et qui se partage entre sa carrière solo et le duo musical et humoristique « Fills Monkey » co-animé par Yann Coste. Il est aussi à l’aise dans des concerts intimes chez des particuliers que sur les scènes de tous les continents qu’il parcourt avec Yann Coste.
Après « Poussières de luxe » son premier album sorti en février 2021, il revient rapidement sur le devant de la scène, après s’être illustré sur les réseaux sociaux pendant la pandémie, avec son deuxième album où ses thèmes de prédilection rivalisent entre l’amour qui côtoie ses préoccupations environnementales et le lien sacré de la famille.

Po po po pooop, « Deuxième acte » est un album résolument pop que Célestin, auteur, compositeur et interprète nous livre dans son journal de bord rempli de ses treize titres, ne soyons pas superstitieux, tout de rose vêtus, auréolés d’une éclipse de lune où la poésie pointe le bout de son nez coquin, juste ce qu’il faut pour nous sensibiliser sur ce que la vie, l’univers nous offrent généreusement et dont nous n’avons pas tous conscience de cette chance.

Un album dans lequel il veut nous faire partager ses émotions, son amour de la vie, aux questions existentialistes qui se bousculent dans sa tête affolée comme des électrons libres surchauffés, lui l’homme du XXIe siècle ancré sur cette terre maltraitée qui crie à qui veut bien l’entendre son ras-le-bol.

« Qu’est-ce qu’on fait là ? », la révolution serait-elle la solution ?

Un album arrangé par Jérémy Rassat de la Song Factory dans lequel Célestin se livre sans pudeur, dévoilant dans un humour à fleur de peau la profondeur de ses sentiments. Amour quand tu nous tiens…la vie, la mort, le cycle infernal qu’il faut bien accepter.
De « Ma mère » à « L’œuf au plat », joli clin d’œil à son grand-père avec cet œuf cuisiné dans les toilettes…, en passant par « Mes lèvres », il nous dévoile toute une palette de sentiments, de générosité, où le cercle familial est la clé de voûte d’un amour indestructible.

Ce boulimique du temps qui passe, au phrasé effréné, ne baisse pas les bras devant les causes qui lui tiennent à cœur, comme avec ce « Vendredi noir » pour la planète bleue, réchauffé par ce « Bonhomme de neige » bien mal en point avec cette pollution envahissante.

Mais c’est toujours sur des musiques aux tempos bien musclés, tel un diablotin qui danse sur des braises, qu’il peut aussi nous décrocher une flèche d’humour comme avec son « Hommage au clitoris » ! Sexistes, machistes, misogynes, passez votre chemin.

Pour au final se mettre à nu et se poser la question primordiale à toute existence : « M’aimes-tu ? ».

Célestin s’est entouré pour cet album d’une pléiade d’artistes qui mettent en valeur le petit cœur de poète qui bat vigoureusement dans le corps de cet homme engagé à la pertinence établie.

 

Célestin sera en concert le 23 juin prochain à la salle « Le petit Olympia ».

« Deuxième acte », un album produit par Believe / Inouïe, mixé et masterisé par Marcus Linon de Greasy Record, une découverte Xavier Chezleprêtre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close