L’Exception

 

« L’Exception » issue du livre de Ruth Klüger « Refus de témoigner », adapté et mis en scène par Jacky Katu au théâtre de la Contrescarpe est un témoignage tardif (d’où son titre) mais exemplaire qui n’est pas sans rappeler le parcours de Simone Veil qui depuis quelques mois repose avec son mari au Panthéon, tout près du théâtre…un hommage en quelques sorte, un hommage pour toutes ces victimes.

 

spectacle-l-exception_400-11728C’était la dernière…on espère de la saison de ce superbe seul en scène interprété par Sandra Duca complètement investie dans son rôle de cette petite fille devenue adolescente qui refuse de mourir, qui refuse l’inéluctable.
Un récit poignant tiré d’une histoire vraie de cette femme qui échappa aux camps de la mort et se réfugia aux Etats-Unis dès 1947.

Avec beaucoup d’économies, se concentrant sur l’essentiel, Sandra Duca nous bouleverse par son jeu.
Jacky Katu a su tirer l’essence de ce drame pour nous faire comprendre le parcours, le calvaire de cette petite fille, née en 1931 à Vienne en Autriche, qui n’acceptait pas le dictat de cet homme devenu fou qui n’avait qu’une obsession, éradiquer de la terre les juifs.

Quoi de plus innocent pour une petite fille que d’aller au cinéma pour regarder un Walt Disney, Blanche Neige et les sept nains, un conte de fée qui permet l’évasion, le rêve, la joie, la Vie. Une petite fille courageuse, dotée d’une force de caractère précoce, qui osa affronter, même si cela lui en coûta, ses congénères fanatisés à la sortie du cinéma.
Avec beaucoup de lucidité et de détachement, elle mettait en exergue l’imbécillité de ces nazis qui reprochaient aux juifs leur avarice et qui leur faisaient payer leur étoile jaune qu’ils devaient porter ! Une étoile qui sera suivie d’un tatouage…

Une petite fille qui grandit dans les différents camps de concentration, où elle fut déportée avec sa mère. Une mère qu’elle ne comprenait pas toujours dans ses attitudes, dans ces réactions face à cette barbarie nazie.EXCEPTION 1
Une petite fille devenue adolescente et qui à 12 ans se retrouva devant un choix cornélien : accepter de mentir comme lui demandait sa mère, dire qu’elle avait 15 ans pour la suivre dans un camp de travail auquel sa mère dans un éclair de survie voulait adhérer et échapper à Auschwitz, ou revendiquer qu’elle avait 12 ans avec tous les risques que cela comportait. Choix qu’elle finit par accepter, choix qui lui sauva la vie.
Les nazis ne s’embarrassaient pas des enfants et les envoyaient, après un tri, directement vers la mort.

Au-delà de tous apitoiements, de la faim, du froid, la vie était plus forte que tout le reste. Avec de la détermination, elle s’échappa dans une folle course poursuite, avec sa mère, vers la liberté. Une liberté qui aura eu des arrière-goûts amers quand un soldat américain lui fit remarquer qu’il en avait assez d’entendre la même histoire de ces ex-prisonniers…

Sur un plateau nu mettant en avant la comédienne dans son pyjama rayé, Jacky Katu a su mettre en scène Sandra Duca ou le superflu est éliminé du jeu pour se concentrer sur la voix, le regard, les émotions, la gestuelle. Sandra Duca est impressionnante de vérité dans l’évocation de cette souffrance au cœur de la vie de cette petite fille : elle s’effondre mais elle se relève toujours.

Rien n’est laissé au hasard : le cri qui ponctue le récit n’est pas sans rappeler celui du tableau d’Edvard Munch (bien qu’antérieur au nazisme), un cri de douleur, un cri d’angoisse, un cri de petite fille, un cri d’adolescente qui subit l’inhumanité et qui lutte pour sa survie. Il y a de la beauté dans cette laideur du cri.
Un cri accompagné aussi de mouvements qui évoquent la mort présente à chaque instant autour de cette héroïne.
La précision de la mise en scène met en valeur le jeu de la comédienne, une précision qui s’attache au respect du calvaire qu’a vécu Ruth Klüger.

EXCEPTION2Un seul en scène qu’il faut voir, il ne sera pas présent cette année à Avignon mais gageons qu’à la rentrée, nous puissions le retrouver dans un théâtre et pourquoi pas à la Contrescarpe, si près de Simone Veil.
L’Exception comme cette petite fille de l’affiche de « La liste de Schindler », comme Simone Veil, comme Ruth Klüger…
Une page de l’histoire, un devoir de mémoire, qu’il faut sans cesse rappeler, même si Ruth Klüger n’aime pas cette proposition.

 

« L’Exception » au théâtre de la Contrescarpe.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close