La Maison d’os

 

« La Maison d’os » de Roland Dubillard au théâtre Montansier dans une adaptation et mise en scène d’Hervé Van der Meulen est un condensé de vie au langage poétique musical déconcertant.

 

afficheHervé Van der Meulen tire sa révérence de l’école du Studio d’Asnières, pour sa quatrième coproduction avec le théâtre Montansier, sur un coup de maître, en adaptant avec virtuosité cette pièce de Roland Dubillard.
Il a pris un risque, mais un risque calculé avec ses Apprentis Comédiens qui ce soir ont été excellents.
D’une pièce composée de quatre-vingt-six scènes, il a fait une sélection et mis en scène un spectacle de deux heures captivant dès la première scène.
Quinze comédiens papillonnent sur une très belle chorégraphie de Jean-Marc Hoolbecq tamisée par les lumières de Stéphane Deschamps et complétée par un seizième personnage et non des moindres : la musique de Baptiste Allard aux accents d’Erik Satie.

Une musique qui rythme les allées et venues, de la cave au grenier, de tous ces domestiques dévoués, telles des fourmis, au service de « Monsieur » dans cette immense demeure imaginée par Claire Belloc, tel un château, aux multiples recoins où chacun y fait la fête par groupe de deux, trois, quatre…avec ou sans « Monsieur ».La Maison d'Os (3 sur 28) Miliana Bidault
Oui Monsieur, quoi de plus naturel dans ce magnifique théâtre inauguré par Louis XVI et Marie-Antoinette, ce vieil homme qui compte ses jours avant son départ par une porte dérobée vers un nouvel univers, duquel il pourra continuer à observer la gent humaine, laissant derrière lui sur cette terre qui l’a accueilli, vu grandir, un tas d’os, marque de son passage.

Un vieil homme lucide de son état qui joue ses dernières passes sur l’échiquier de la vie dans un humour féroce. Sa parole part dans tous les sens et les images produites se bousculent dans nos têtes.
Roland Dubillard, ce poète de l’absurde à l’humour noir très marqué, nous embarque dans sa folie où le rire se conjugue avec la réflexion, même s’il ne désire pas y incorporer un message philosophique.

Hervé Van der Meulen est « Monsieur ».
Un Monsieur rêveur, à la limite du burlesque qui nous hypnotise dans ses réflexions.
Il est entouré de ses quatorze « élèves » qui jouent une cinquantaine de rôles dans un tournoiement aux pas extrêmement bien orchestrés. Rien n’est laissé au hasard, pas un mot ne manque, ou cela serait le chaos.IMG_4592

Un défilé incessant dans cette maison, via toutes ces saynètes, qui pourrait donner l’illusion de cette enveloppe que représente notre corps, où les atomes libres comme des électrons jouent leur partition comme un rituel sacré.
Un ensemble d’électrons qui s’unissent pour ne plus faire qu’un.

Un rituel qui évoque la vie depuis son enfance jusqu’à sa maturité avec un regard intérieur ou extérieur de Monsieur.
Les rires, les joies, les angoisses, les rêves, les peurs, les espoirs, composent le menu du langage poétique de Monsieur.La Maison d'Os (1 sur 430) Miliana Bidault

Un langage loufoque aux mots choisis, avec une saveur bien particulière, relevé par la précision de leur interprétation, qui coule dans ce labyrinthe de l’humour noir.

Difficile d’assimiler toutes ces paroles, il faut se laisser bercer par leur musique et attendrir par leur portée. Une douce mélancolie nous habite et nous pose la question de notre fin : comment la voir et la mettre en scène ?

IMG_4593Une palanquée de domestiques à l’allure gothique, habillés par Isabelle Pasquier et rehaussée par les maquillages d’Audrey Million sont au service de Monsieur.
Théo Askolovitch, Marco Caraffa, Steven Dagrou, Julien Despont, Inès Do Nascimento, Arthur Gomez, Lubin Labadie, Leïla Loyer, Jeanne Masson, Juliette Maurice, Fany Otalora, Tristan Pellegrino, Eugénie Pouillot et Soulaymane Rkiba ont tous leurs particularités et nous tiennent en haleine pendant tout le spectacle avec leurs jeux sincères et engagés.
Ils entourent leur « Monsieur » joué tout en poésie par Hervé Van der Meulen, qui les dirige d’une main de fer dans un gant de velours pour un résultat admirable.

 

« La Maison d’os » au théâtre Montansier jusqu’au 29 mars à 20h30.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close