La Reine Margot

« La Reine Margot » d’Hugo Bardin d’après l’œuvre dAlexandre Dumas est un spectacle qui a remporté le prix du public au Théâtre 13 en 2017 dans le cadre du festival des « Jeunes metteurs en scène » et cela est très mérité !

Hugo Bardin très fidèle à l’œuvre de Dumas évoque dans son spectacle la vie de la Reine Margot entre son mariage et le décès de son frère Charles IX.

margot 4Marguerite de la branche des Valois dite Margot (catholique) doit épouser le 18 août 1572 Henri de Bourbon, roi de Navarre (protestant, futur Henri IV par qui notre lignée de rois basculera) pour ramener la paix dans le royaume de France.
Le piège se refermera sur beaucoup de protestants venus à Paris pour assister à ce mariage « diplomatique », à la conséquence sanglante, par le massacre des protestants, connue tristement sous le nom de « nuit de la Saint Barthélémy » du 23 au 24 août 1572.

Charles IX, frère de Margot, Roi de France depuis le décès prématuré de son frère aîné François II, règne sur une France déchirée par les guerres de religions entre les catholiques et les protestants.

La pièce commence quand sa mère Catherine de Médicis, intrigante à souhait, secondée par son fils François d’Alençon, qui se verrait bien à la place de son frère, essaye de convaincre son fils Charles d’autoriser l’exécution des principaux chefs militaires protestants.
Charles qui voue la plus grande admiration pour l’amiral de Coligny, protestant, dont sa mère veut se débarrasser, est torturé, il hésite, il est jeune, il a besoin de conseils, mais cède à la pression de sa mère. margot 3
Sans mesurer immédiatement les conséquences de son acte, même s’il a conscience que des milliers de protestants vont perdre la vie, il donne le feu vert à la plus grande tragédie que la France ait connue tout en épargnant Henri de Bourbon.

Et cette pièce avec une adaptation formidable, intelligente de l’œuvre de Dumas par Hugo Bardin, au goût de conte onirique, prend forme ; rien vu de tel depuis le film de Patrice Chéreau.
Et nous découvrons le travail d’un jeune et talentueux metteur en scène dans un décor en forme de croix, la croix du Christ, la croix à la couleur blanche des catholiques, cette croix qui sera souillée par le sang, sang des protestants, sang de la bêtise faite humaine, sang qui lavera les péchés, sang qui perdra Charles IX.
Une croix aussi symbole de tous les défilés, des banquets, de toutes les intrigues par laquelle ils passeront.
Cette croix qui sera encadrée par deux murs blancs, qui se dressent telles les portes d’une église dont la puissance fera des ravages.
Les multiples faces de cette croix permettront des entrées et des sorties de personnages telles que l’on peut les imaginer dans le Louvre, siège où les conspirations de Catherine de Médicis étaient reines.

margot 2

Hugo Bardin ne propose pas une reconstitution historique mais a choisi de concentrer son travail sur la vision romanesque et historique du roman pour mettre en avant ce côté « mafia » conduit par Catherine de Médicis : grandeur et décadence d’une famille où le fanatisme est roi.
Habilement il nous montre toutes les faces de la construction du mécanisme du complot.
Mais que serait cette Reine Margot sans l’Amour, l’amour plus ou moins imaginaire que Dumas a voulu entre elle et La Môle (protestant que Margot a sauvé du massacre lors de la nuit). Cette romance apporte un peu de lumière dans cette noirceur liée à cette époque. Amour qui se conjugue avec Amitié, les deux clefs qui font avancer le monde.
Et puis il y a cette fragilité de Margot mise en avant, cette femme tiraillée entre sa famille, sa foi, son honneur, ses convictions, à qui on a imposé un mari dont elle ne voulait pas mais qui finira par la surprendre.

Les lumières et la musique apportent une couleur dans cette blancheur du décor. Ils sont partie prenante de l’intrigue. Ils apportent un rythme à cette mise en scène bien huilée qui ne laisse place à aucune oisiveté. margot 1
Le brouillard, les éclairs, le tonnerre, ponctueront le rythme bien étudié de cette pièce.
Nous suivons cloués sur nos sièges tous les comédiens qui excellent dans leurs jeux.
Nous sommes admiratifs devant une telle énergie, une telle puissance de jeu.
Le bonheur d’avoir des comédiens qui ont l’âge des héros avec cette fraîcheur, cette jeunesse, cet enthousiasme, cette fougue, cette passion, qui donne encore plus de force à cette adaptation.
Un excellent travail à découvrir !

« La Reine Margot », production du « Collectif la Cantine » : prochaine représentation le jeudi 22 novembre à Colombes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close