Tailleur pour dames

 

« Tailleur pour dames » de Georges Feydeau, pièce écrite pendant qu’il était à l’armée en 1884, seulement âgé de 23 ans, créée le 17 décembre 1886, est son premier succès. Celui qui sortit de l’impasse son ami Fernand Samuel (de son vrai nom Adolphe Louveau) directeur du théâtre de la Renaissance où elle a été créée et où il en fut le secrétaire général.

A cette époque, Georges Feydeau avait devant lui un certain Eugène Labiche, déjà très connu.
En s’attaquant à une pièce en trois actes, il ne prétendait pas révolutionner le vaudeville, il voulait en acquérir, assimiler la technique, pour aller jusqu’au bout des possibilités qu’offre cette forme de théâtre de divertissement. Nous pouvons dire qu’il en a parfaitement compris les mécanismes et qu’aujourd’hui encore ses pièces indémodables font beaucoup rire le public qui les plébiscite.

 

img_2235

Feydeau c’est aussi des entrées, des sorties à foison, des portes qui claquent, des personnes qui se rencontrent dans des postures toutes plus drôles les unes que les autres et qui surtout qui n’auraient pas dû se croiser, pour au final dénouer toutes les situations qu’il a embrouillées à plaisir, le tout dans un rire qui va crescendo.
Des personnages qui jouent une tragédie à l’envers, qui font rire parce qu’ils doivent jouer avec sincérité leur drame : c’est cela la force de Feydeau.
Eh bien Jean-Marie Ledo a réussi la gageure d’adapter et de mettre en scène avec de belles trouvailles cette pièce, au tempo particulièrement rapide, dans le petit théâtre du Guichet Montparnasse où sans les portes, il nous a embarqué dans l’esprit et la folie de Feydeau.

 

Pour mémoire, c’est l’histoire du docteur Moulineaux, un galant homme qui pour cacher ses frasques, ses mensonges, à sa jeune épouse, doit se faire passer pour un couturier.
Un rôle tout en acrobatie, qui demande beaucoup d’énergie, mené de main de maître par Jean-Marie Ledo.
Il sera perturbé dans son entreprise par Bassinet, le roi de la gaffe, de surcroît raseur, qui n’en ratera pas une pour compliquer sa tâche, un rôle joué tout en malice et aux bretelles colorées par Régis Debraz.
Moulineaux devra faire bonne figure devant son épouse jouée tout en énergie par Karine Malleret mais qui aura dans ses pattes, sa mère Mme Aigreville bien décidée à protéger sa fille, jouée par la plaisante Michelle Sevault.
Ce bon Moulineaux amoureux fou de sa maîtresse, Suzanne Aubin, par qui tous les quiproquos vont se déclencher, est jouée tout en retenue par Natacha Simic : un comique tout en douceur et légèreté. img_2234
Mais c’est sans compter son mari M. Aubin qui sera là pour empêcher de démêler le fil des malentendus, joué par le singulier Jean-François Labourdette.
Pour corser un peu le dossier, un mari Aubin qui aura aussi sa petite aventure avec une cocotte au nom évocateur de Rosa Pichenette, reconvertie, jouée tout en plumes par Maïna Louboutin.
Et pour conclure, le chef d’orchestre de ce bal, celui qui distribuera les cartes, celui qui est notre représentant, celui qui a eu mon petit coup de cœur : le valet de chambre Etienne à l’œil coquin, la moustache qui frise et la voix profonde, joué par Olivier Ducaillou.

 

Georges Feydeau meurt à 58 ans, lors de son enterrement le 08 juin 1921, Robert de Flers, Président de la Société des auteurs et ami de Feydeau, prendra la parole dans le cimetière de Montmartre pour dire que son œuvre est le fidèle reflet de sa vision du monde :

« De cette contemplation, vous aviez tiré des leçons profondes. Elle vous avait appris à cacher la laideur de l’existence sous son comique, sa mélancolie sous sa folie, et, plutôt que de laisser vos personnages s’attrister dans le monde, vous préfériez les conduire au carnaval. Mais sous les masques, pourtant, vous laissiez deviner les visages. »

 

Un Feydeau qui vous réjouira, une œuvre de jeunesse parfaitement maîtrisée, à la tension comique, aux répliques piquantes, mise à l’honneur par Jean-Marie Ledo et les comédiens de la compagnie « Le théâtre des 400 coups ».

 

« Tailleur pour dames » au théâtre du Guichet Montparnasse, le dimanche à 20h, jusqu’au 21 avril.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close