Le jeu de la vérité

 

« Le jeu de la vérité » de Philippe Lellouche au théâtre du Gymnase dans une mise en scène de Marion Sarraut signe le retour sur scène de cette comédie créée en 2005 : une comédie qui ne vieillit pas.
Une pièce que je connais parfaitement puisque je l’ai vue à sa création et travaillée de nombreux mois.

 

IMG_2701Nos héros sont devenus des quinquas, mais leur histoire est toujours aussi pétillante.
Ils se retrouvent lors de leur repas hebdomadaire et refont à chaque fois le monde : tout y passe, sur fond de sujets d’actualité, les femmes, les enfants, la société, le travail, les amis, etc.
L’action se situe dans l’appartement de Jules, comédien de son état, un appartement parisien assez branché. Au lever du rideau Jules fignole les derniers préparatifs de sa table…une table qu’il a dressée pour quatre personnes…
Pascal, le directeur commercial apparaît, un peu foufou sur les bords, ils s’embrassent et c’est le début des quolibets, des mises en boîte qui vont fuser tout au long de la pièce.
Il ne manque plus que l’arrivée du troisième compère en la personne de Fabrice, chef de cabinet dans un ministère, qui ne saurait tarder : le Don Juan de service.
Une réunion de trois mecs, rien de folichons me direz-vous, eh bien l’auteur pour mettre un peu de piquant, un peu d’intérêt dans cette histoire, a incorporé dans cette recette de la réunion hebdomadaire, l’arrivée d’un quatrième convive en la personne de la fille, Margaux, qui les faisait chavirer quand ils étaient lycéens, c’est-à-dire il y a quelques années…Nos trois compères ont pris un coup de vieux mais sont toujours aussi motivés pour la gaudriole.
IMG_7916Cette arrivée va bouleverser l’organisation de la soirée et cela va être un déballage de tous les non-dits, les frustrations qui ont marqué leur jeunesse : d’où le nom de « Jeu de la vérité ».
Personne ne pourra échapper à garder ses petits secrets pour soi, il faudra jouer le jeu et se mettre à nu avec toutes les conséquences que cela induira ; mais pour nous spectateurs le rire sera notre salut. Nous allons assister à des imbroglios des plus savoureux.
Ne dit-on pas que l’on rit du malheur des autres ? La base de la comédie.
Des situations qu’il faut jouer sincèrement, si l’on veut que le message passe, si l’on veut que le public adhère : et c’est le cas.

Margaux dit à l’arrivée de Fabrice et Pascal sur scène : « C’est incroyable ! Vous n’avez pas changé ! ».
Eh bien c’est exactement ce qui s’est passé pour la mise en scène de Marion Sarraut. C’est la même que celle de la création, mis à part quelques noms qui ont changé.
Même si cette mise en scène répond à l’écriture de Philippe Lellouche, je m’attendais, à vrai dire, avec l’arrivée de Vincent Lagaf’ à de nouveaux effets.
Vincent Lagaf’ (Jules) pour son retour sur scène est encadré par Christian Vadim (Pascal) et David Brécourt (Fabrice), « titulaires des postes » depuis la création, ils l’ont bien drivé. Il joue son rôle, très à l’aise, avec un dynamisme qui répond parfaitement aux besoins du personnage. Ses facéties apportent de la bonne humeur et des rebondissements distrayants quand la situation devient plus sombre.
Les situations varient, de la franche rigolade, parfois graveleuse sans être vulgaire (la vie de tous les jours) à celles où l’émotion s’installe.
David Brécourt est parfaitement à l’aise dans son rôle de Don Juan « coincé », tiraillé entre sa femme et son aventure…En costumes trois pièces il porte bien la porte de la réflexion.
Mon chouchou reste Christian Vadim, ses expressions, ses mimiques, ses réparties me font beaucoup rire. J’adore son côté clown au service de la bande.
Et enfin, celle par qui arrive le trouble émotionnel et la douceur dans ce monde de machos : Mélanie Page (Margaux). Un jeu très juste, naturel, à l’écoute de situations et avec de beaux rebondissements.

Après quelques représentations supplémentaires cet équipage sera sur son rythme de croisière et l’on s’amusera beaucoup, encore plus qu’aujourd’hui, ne vous privez pas d’une bonne soirée.

 

« Le jeu de la vérité » au théâtre du Gymnase, du mardi au samedi à 21h et matinée le samedi à 16h, jusqu’au 27 avril.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close