Entretiens d’embauche et autres demandes excessives

 

« Entretiens d’embauche et autres demandes excessives » de et mise en scène par Anne Bourgeois au théâtre Essaïon est un pamphlet sur ce monde cruel du recrutement.

 

afficheAnne Bourgeois est comme un poisson dans l’eau dans ce monde de l’entreprise où elle est intervenante.
Ses observations ont porté ses fruits avec ce spectacle qu’elle a écrit pour sa complice de toujours Laurence Fabre.
Elle nous a concocté un vivier d’anecdotes plus vraies que nature, juste outrancières ce qu’il faut dans le trait, pour bien nous faire comprendre les inepties du système.

Anne Bourgeois place son axe de développement dans le monde cruel du chômage, de la recherche vitale d’un emploi dans cet univers où le travail est indispensable pour vivre, pour avoir sa place dans la société.
Un monde du recrutement que j’ai également vu récemment avec la pièce « La lutte des places » (Cliquez) au Guichet Montparnasse, abordé différemment mais qui au fond a beaucoup de similitudes.
Ces recruteurs sont impitoyables, avec de tels comportements on peut se demander si un jour ils ont connu le chômage ?

Pour Anne Bourgeois, tout commence dans l’enfance, nous sommes accueillis par la voix d’une petite fille, celle toute mignonne de Margot Aira, qui nous fait oublier l’objet de notre présence.
Une petite fille qui doit répondre à la question de sa professeure des écoles, celle du métier qu’elle voudrait exercer à l’âge adulte. Avec une innocence réjouissante, s’ensuit un catalogue à la Prévert. Une question qui la poursuivra toute sa vie.PhotoLot Entretiens32

Puis nous entrons dans le vif du sujet avec cette femme qui doit se vendre pour accéder au monde du travail. Le chômage n’étant pas un avenir enviable, un avenir autorisé dans notre société.
L’axe du sujet aussi n’est pas anodin, il s’agit des pérégrinations d’une femme et non celles d’un homme. Dans une société machiste où l’on demande curieusement plus à une femme qu’à un homme, tout en la payant moins, elle doit beaucoup plus se justifier sur son parcours, sa carrière.
Une carrière où naturellement les enfants peuvent être un obstacle pour certains.
L’homme, cet énergumène malicieux, pour certains vicieux, sera représenté par une voix off, la belle voix de Fabrice Drouelle et ce n’est pas anodin. Une voix déstabilisante qui nous projettera dans un malaise voulu.

Nous allons suivre cette femme au cours de ses nombreux entretiens d’embauche, à différentes tranches d’âges, où continuellement elle devra se justifier sur ses défauts, ses atouts, ses qualités, et pourquoi tout simplement elle veut intégrer la société pour laquelle elle postule. Des questions qui pour certaines seront intrusives, humiliantes, jusqu’à rabaisser la personne.PhotoLot Entretiens17
Une quête qui s’apparente à celle du Graal, une quête existentialiste.
Une femme malmenée, qui au cours de ces entretiens perd ses repères, perd toute confiance en elle, jusqu’au fatal « burn out ».
Une femme happée par le système qui vous triture jusqu’à plus soif.
Une femme qui enfin en appelle à Dieu pour sortir de ce tourbillon du rejet, de l’indifférence.

PhotoLot Entretiens28Un texte finement réfléchi, qui met en évidence l’absurdité, la violence du monde du travail mais également celle de Pôle emploi…et c’est alors qu’apparaît le clown avec son magnifique costume et ses répliques à l’emporte pièces. Un texte avec ses rires à la clef.
Un texte d’autant plus d’actualité avec les nouvelles mesures prises par le gouvernement pour soi-disant enrayer le chômage. Certes certains profitent du système, ne nous voilons pas la face, tout le monde en connaît, mais sommes-nous obligés de subir tant de pressions pour simplement réintégrer le monde du travail où un accident de parcours nous en a mis à l’écart. Un accident dont nous ne sommes pas toujours responsables, qui nous place en position de victime.

J’ai découvert Laurence Fabre qui avec beaucoup de sincérité, de sobriété, de fragilité, incarne, donne vie, à ces femmes plus belles les unes que les autres dans leur recherche d’emploi.
Elle est aérienne, elle virevolte, elle papillonne de femmes en femmes avec élégance : elle est drôle dans un sujet grave.

PhotoLot Entretiens06-1Au fil de la musique de Jacques Cassard et les lumières de Laurent Béal, la mise en scène d’Anne Bourgeois ne s’encombre pas d’artifices, seuls quelques costumes de Corinne Pagé viendront mettre en avant tout le talent de son interprète qui se démène avec douceur dans cette arène qui pourrait être celle d’un cirque, avec sa chaise symbolique en axe central.

La petite fille aura le dernier mot, certainement celui de la sagesse.
Un seul en scène où l’émotion côtoie le rire, en toute simplicité, dans lequel Laurence Fabre triomphe depuis sa création en 2015.

 

« Entretiens d’embauche et autres demandes excessives » au théâtre Essaïon, les lundis et mardis à 21h, jusqu’au 14 janvier 2020.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close