Samia

 

« Samia » un texte de Gilbert Ponté mis en scène par Steve Suissa interprété par la rayonnante Malyka R. Johany sur la scène du théâtre La scène libre.

 

afficheUne histoire banale, comme malheureusement on en entend tous les jours, celle de ces migrants qui fuient leurs pays plongés dans le chaos, où l’avenir n’existe plus, et qui se noient à quelques dizaines de mètres des rivages de Lampedusa.

Une histoire bouleversante, celle de cette adolescente, cette future athlète, à l’avenir prometteur qui disparaît dans l’indifférence totale au début de son âge adulte, aux portes de pouvoir réaliser son rêve : participer aux jeux olympiques de Londres de 2012.

Samia née Samia Yusuf Omar à Mogadiscio en 1991, vit dans un pays bordé par l’océan indien, composé essentiellement de plaines arides, que l’on surnomme « La corne de l’Afrique » : la Somalie.
Un pays qui a connu brièvement la démocratie mais qui en 1991, à la chute du président Siad Barre, tombe dans la guerre civile, entravant toute possibilité de développement économique. Un pays où deux clans se déchirent, apportant les pillages, la famine, les maladies : la mort.
Deux clans opposés et plus motivés à l’appât du gain qu’au retour à la démocratie qui empêcherait les « seigneurs de la guerre » de se livrer à leurs trafics, leurs contrôles de la nourriture et des armes.IMG_4329

Mogadiscio terre de révolte, terre de malheur, terre de souffrance, terre contrôlée par les islamistes, qui vit éclore à l’aurore de son drame une fleur au joli nom de Samia, une petite merveille au sourire prometteur mais qui en tant que femme n’avait aucun droit. Seul l’homme, au nom de la charia, pouvait et encore malheureusement de nos jours, lui dicter sa conduite sous peine de sanction pouvant aller jusqu’à la mort. Des islamistes qui eux par malheur ont pu traverser la méditerranée…

L’année de ses seize ans marque un tournant dans la vie de Samia. Son père est tué en pleine rue de Mogadiscio, elle doit arrêter ses études et en tant qu’aînée aider sa mère à élever ses cinq frères et sœurs. Sa mère peut alors consacrer plus de temps à la gestion de l’épicerie familiale.
Cette frêle jeune fille perd tout espoir avec un destin brisé par la guerre. Comment à cet âge rebondir, se construire devant tant de haine, de déchirement. Le sport, l’athlétisme en particulier, sera la passion qui lui permettra de rêver, de s’évader.

IMG_4333Il lui faudra beaucoup de courage et d’inconscience pour s’entraîner dans un pays où le short n’était pas autorisé, où la femme devait vivre cachée, ne pas tenter le regard des hommes.
Elle puisera dans le sport cette force indispensable à sa survie. Il n’y avait plus qu’une chose qui comptait pour elle : courir, courir et toujours courir. Ce n’est pas pour rien qu’on la surnommait « la gazelle ».

Avec beaucoup de détermination et d’entraînement elle réussit à être qualifiée et participer aux jeux olympique de Pékin de 2008. Un 200 mètres où ses concurrentes lui mettront plus de dix secondes dans la vue, à sa décharge ses baskets avaient deux pointures de trop, mais qu’importe elle représentait fièrement les couleurs de son pays.
C’était sa victoire, rendez-vous compte, elle courut aux côtés d’une légende : Veronica Campbell-Brown.

Un bonheur indéfinissable vite oublié devant ce qui l’attendait à son retour en Somalie.
Un seul objectif lui donnait la force de vivre au milieu du chaos : représenter une nouvelle fois son pays aux jeux olympiques de Londres de 2012.
Seulement voilà, c’était sans compter avec la folie des hommes qui lui brisèrent net son destin. Une femme selon les autorités ne pouvait pas courir en public. Cet affront à la charia était intolérable pour tous ces islamistes vivant encore à l’âge de pierre.

Mais devant tant de détermination, de courage, elle ne pouvait que fuir son pays, et par conséquent abandonner sa famille et trouver un pays qui l’accueillerait et lui permettrait de s’entraîner dignement.
Une fuite comme pour tant de migrants, confrontés aux mêmes dilemmes, qui n’était pas sans risques.
Une traversée du désert impitoyable, en plusieurs jours, avec à la clef un viol, prix de la liberté.
Un viol qui engendra un petit être dans le ventre de cette adolescente devenue femme et qui à ses vingt et un ans, écrasée au fond du bateau, sombra dans les eaux de la méditerranée. Un rêve brisé net par la cruauté des hommes.IMG_4335

Malyka R. Johany incarne avec générosité et une très belle présence sur scène cette Samia aux valeurs humaines, à la passion cadenassée par le poids de la bêtise humaine, qui a risqué sa vie pour réaliser son rêve. Elle est tout simplement Samia.
Son sourire éclaire avec bonheur cette nuit qui s’annonce dans la terreur, ses chants apportent de la joie, de l’émotion dans le cœur, le corps meurtri de cette sportive combattante et nous font oublier le temps d’un instant trop court les horreurs de la guerre, de son destin brisé.

Un jeu bouleversant mis en scène pudiquement par Steve Suissa, mettant en avant l’être humain. Une mise en scène éclairée par les différents tissus marquant les étapes du combat de Samia, aidée par des vidéos par certains côtés terrifiantes. Il accompagne délicatement, dans les belles lumières de Jacques Rouveyrollis et la musique de Maxime Richelme, Malyka dans cette course poursuite de l’espoir.

 

IMG_4340

Gilbert Ponté dans une écriture fluide, réaliste, décrit avec sobriété le parcours de Samia, cette athlète semblable à beaucoup de migrants qui n’atteindront jamais leur havre de paix.

Une histoire qui contribue à notre réflexion sur l’immigration de toutes ces personnes qui fuient leur pays pour survivre au risque de mourir.

 

« Samia » à la Scène Libre, du mardi au samedi à 21h.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close