La grande musique

 

« La grande musique » de Stéphane Guérin dans une mise en scène de Salomé Villiers au théâtre Buffon est une saga familiale sous couverture de psychogénéalogie.

Je découvre cet auteur et suis enthousiasmé par son écriture.

Nous plongeons dans l’univers d’une famille qui comme bien d’autres cache des secrets qui finissent par peser lourds pour certains membres.

Dans l’insouciance de la fête d’un mariage, de son bal auquel nous sommes conviés, nous découvrons la tribu composée de Marcel l’aïeul, Esther la mariée (pour l’anecdote, elle en est à son troisième), Nelly et Georges les parents (ça commence à leur coûter cher), Hervé le frère et Pierre, Pierre enfin quoi Pierre.

Comment raconter cette histoire sans tomber dans le déjà vu ?
Il faut l’ingéniosité de Stéphane Guérin pour nous tenir en haleine, lui qui distille scène par scène les pièces du puzzle qui s’emboîtent parfois dans la douleur, parfois dans l’euphorie, via le fil conducteur de l’intrigue, la mémoire, en la personne de Marcel.  En quelque sorte c’est lui qui mène le bal et quel bal !

C’est Brice Hillairet qui tient magistralement ce rôle que j’avais découvert avec bonheur dans « La souricière » (cliquez), concrétisé par le Molière de la révélation masculine.
Il capte l’attention sans vouloir tirer la couverture à lui, sa présence est lumineuse, réconfortante, du très beau travail.

Cette mémoire qui hante la famille, qui apparaît, disparaît au gré de la progression des recherches peut simplement nous poser cette question : « Est-ce que la mémoire hante les générations comme une maladie génétique ? ».

L’auteur a imaginé une partition où les notes seraient folles, où il serait impossible pour le musicien d’interpréter cette grande musique, encore moins pour le chef d’orchestre de la diriger.

Mais quel secret hante cette famille dont les parents veulent cacher l’existence et les enfants le découvrir ? Au point de sentir au plus profond d’eux un mal être qui les paralyse, les empêche de s’épanouir, de réussir leurs vies, pensez donc Esther en est à son troisième mariage…et ce n’est pas mieux pour le frère homosexuel, qui vit dans ses rêves, qui n’arrive pas à se stabiliser, à trouver l’amour. Il devrait écouter sa mère jouée tout en émotion par Raphaëline Goupilleau, mais qui nous fait aussi bien rire avec sa partie de crêpes, qui lui rappelle qu’il ne peut pas aimer quelqu’un qui n’existe pas…

« Le corps a une mémoire et l’on n’en a pas toujours conscience. »

Une mémoire qui va nous faire voyager, sur une musique prenante de Raphaël Sanchez, ah ce violoncelle quel bonheur, dans des décors de Georges Vauraz, du bal du mariage à un studio de télévision en passant par Munich et Mauthausen…serait-ce une des clés du mystère…

A noter la performance de Bernard Malaka, qui tient également le rôle du père, dans le présentateur TV, au phrasé hilarant, il transperce le petit écran.

La difficulté pour cette tribu est de trouver sa place dans la Famille.

Hélène Degy dans le rôle d’Esther nous charme par son jeu sincère, elle déploie toute son énergie pour trouver le saint graal, aidée en cela par des bras bienfaiteurs en la personne de Pierre, le fameux Pierre, joué tout en lumière par Etienne Launay. Le frère est également de la partie et c’est avec malice que Pierre Hélie se glisse dans la peau de ce personnage avec saveur.

 

Salomé Villiers signe pour cette pièce une performance de mise en scène : elle ne se voit pas. Tout paraît tellement naturel que l’on a l’impression que les comédiens ont trouvé le positionnement des pièces du puzzle spontanément.

 

Il n’y a pas à tergiverser, il faut aller assister au bal, au concert de la grande musique !

 

« La grande musique » au théâtre Buffon, jusqu’au 31 juillet à 19h20.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close