Fin de service

 

« Fin de service » d’Yves Garnier dans une mise en scène de Sylvia Bruyant au théâtre La Luna est un exercice de style à l’humour noir décapant sans fin.

 

Sur quelques notes de la Belle de Cadix, dont on découvrira au fil de la soirée les subtils arrangements musicaux de Stéphane Corbin qui m’avait enchanté dans Berlin Kabarett et les passagers de l’aube, Madame, l’hôtesse de la réception, habillée dans sa plus belle robe de soirée, d’une gaîté folle, est prête à recevoir ses invités.
Gork, son valet, son domestique serait dans doute plus approprié à en croire la suite de l’histoire, à son service depuis dix années, met la dernière touche aux préparatifs de l’apéritif.

Le cadre d’une villa en bord de mer, mais dans cette ambiance feutrée au loin le tonnerre gronde, ce qui n’est pas pour apaiser les tensions naissantes…mais pourquoi l’atmosphère s’électrise peu à peu…

Réfléchissons un moment, prenons du recul : comment qualifier leur relation ? Un jeu de rôles, un jeu du chat et de la souris ? et dans ce cas qui est le chat et qui est la souris ? un couple sur le déclin dont le fossé qui les sépare ne fait que se creuser au rythme des joutes verbales ?

Cela serait trop simple. Nous assistons à ce qui ressemblerait à une ultime tentative de réconciliation. Car Madame et Gork ne reculent devant rien pour s’asséner des réparties dévastatrices.
Elle est odieuse, il a la réplique pour la remettre à sa place ; elle continue jusqu’à plus soif de déverser son fiel, il reste stoïque et trouve toujours la réponse adéquate pour recentrer le débat.

Deux enfants qui s’adonnent, pour notre plus grand plaisir, à en rire à gorge déployée, à des jeux puérils dans un règlement de compte où l’on se demande bien qui en sortira vainqueur ?
De désillusions en désillusions, ils vont sonder au plus profond de leur âme, de leur personnalité, la recherche du secret qui les sépare et la pensée ultime qui les lie.

Un huis clos des plus tordants, où rien ne nous est épargné pour faire éclater au grand jour la vérité sur leur relation passionnelle, dévorante, destructrice.

Madame dans ses envolées lyriques est une capricieuse au plus haut point, elle est exigeante à la folie et mériterait que Gork porte plainte auprès des Prudhommes, mais allez savoir pourquoi il encaisse tout, il a juste assez d’énergie pour répondre.

Et pendant ce temps là, où sont les invités, ils pourraient faire diversion et soulager ce pauvre Gork qui n’en peut plus des blessures qu’elle lui inflige. D’ailleurs on pourrait bien se demander pourquoi doit-il user d’une canne pour se déplacer ?

Il est loin où leur connivence menait bon train. Ce soir, allez savoir pourquoi, la solitude, l’ennui ont fait basculer le plateau de la vie vers l’irrémédiable : fin de service.

Sylvia Bruyant, Madame et Delry Guyon, Gork, forment un duo des plus désopilants. Leur complicité, leur connivence, fait plaisir à voir. Ils nous entraînent dans l’ascension vertigineuse du rire revigorante.
Sylvia Guyon signe également la mise en scène très rythmée de cette comédie. Elle imprègne de sa personnalité ce huis clos traité comme un thriller.

Ce spectacle est une pépite de drôlerie où la méchanceté n’a que le nom !

 

« Fin de service » au théâtre La Luna, jusqu’au 31 juillet à 11h00.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close