Hard

« Celui qui n’a jamais visionné un film porno sur internet ou ailleurs lui jette la première pierre », une « citation » qui prend tout son sens en allant au théâtre de la Renaissance…

Autant vous le dire tout de suite, c’est vierge de toutes connaissances de la série culte de Canal+ que je suis venu voir ce « Hard » au langage très fleuri, qui pourrait choquer les prudes mais tellement bénéfique pour nos zygomatiques.
Certes un langage que l’on n’emploi pas tous les jours mais qui dans son contexte sonne juste. Qui pourrait reprocher à un poissonnier depuis son étale de vous interpeller en vous disant : qu’elle est belle ma raie, qu’il est beau mon merlan, mon maquereau ? Chaque profession a son vocabulaire.
Un spectacle certes qui n’est pas pour tous les publics (les enfants par exemple)…mais qui sait, qui pourrait en décoincer certains, qui parle de sexe, sous couvert d’une histoire sentimentale…sans qui personne ne serait là.

Pour ne citez que Nicole Croisille : « Avec Hard, on est dans l’outrance rigolarde, pas dans la vulgarité qui n’est pas du tout ma tasse de thé ».

Bruno Gaccio a donné libre cours à ses fantasmes en adaptant avec malice la série « Hard » de Cathy Verney (3 saisons, 30 épisodes) au théâtre et mise en scène par Nicolas Briançon qui comme il aime à le préciser est « une comédie vraie, folle, déjantée, risquée et originale ».

hard 6

L’intrigue : Alexandre chef d’entreprise dans le transport (pour sa femme) est décédé. Sa femme hérite de son entreprise, mais voilà, lui qui lui a fait par amour deux enfants, il lui a menti pendant plus de quinze ans pour la préserver : une femme proche de sa foi.
A un détail près : sa société qu’il a nommée par amour pour sa femme « Soph’X » est très mal-en-point : vous l’aurez compris il fut producteur de film X.
Il faut donc trouver très rapidement une solution pour la sauver, mais il n’est plus de ce monde.
A partir de moment là, la situation dramatique commence, dégénère : dans une comédie ne rit-on pas du malheur des autres !?

De ce postulat, les situations les plus invraisemblables les unes que les autres vont s’enchaîner comme des plans séquences au cinéma avec de gros moyens pour les décors de Juliette Azzopardi (astucieux à tiroirs, permettant de passer d’un décor à l’autre à vue en quelques secondes, ne perturbant pas ainsi le rythme imposé par la mise en scène) et les costumes de Michel Dussarat, à la démesure de l’intrigue, de la folie de l’auteur.

La pièce commence dans le décor d’une église, à l’enterrement d’Alexandre, où ses proches et employés sont présents : le ton est tout de suite donné par un prêtre qui depuis sa loge fait l’éloge funèbre du défunt de sa voix sensuelle aux intonations coquines.

hard 3

Alors comment ne pas rire avec Nicole Croisille dans le rôle de la belle-mère complètement désinhibée, lesbienne de son état, par qui la catastrophe arrive.
C’est elle qui annonce à la veuve la double vie de son fils. Dans sa bouche le langage du porno ressemble à de la poésie.

hard 2Comment ne pas rire avec Stephan Wojtowicz dans le rôle du réalisateur au pantalon de cuir qui se prend pour un Claude Lelouch du X, ne pas rire avec sa scène de la lecture à la veuve de scénarios porno qui pourraient sauver l’entreprise.
Tout dans son jeu est drôle : son phrasé, sa façon de se déplacer, sa vision désabusée du milieu dans lequel il évolue depuis des décennies.

Comment ne pas rire avec Isabelle Vitari, l’amie avocate de la veuve, un peu perverse qui n’est pas à une trahison pour arriver à ses fins et lui piquer son futur amour.
Elle évolue avec un œil coquin, avec aisance dans ce milieu qui pourrait lui procurer certains avantages.

Comment ne pas rire aux bouffonneries de Charlie Dupont dans le rôle de l’acteur porno décomplexé à l’accent espagnol.
Il fait mouche à chaque réplique, il illumine la scène, il est à mourir de rire dans ces scènes mettant en valeur ses partenaires dont le héros.

Comment ne pas rire avec les rôles complémentaires, chevilles ouvrières de cette comédie  que sont Dany Verrissimo, Sarah Gellé et François Marielle.

Et enfin comment ne pas rire avec le couple vedette formé par :

Claire Borotra, la veuve, qui va tomber amoureuse, au fil de l’intrigue, de la vedette de l’entreprise.
Son jeu pourrait sembler « décalé » mais elle joue avec sincérité, avec le recul nécessaire à son rôle : elle est le miroir du public qui naturellement s’offusque dans un premier temps de ce catalogue de mots crus avant de s’esclaffer de rire.

hard 4François Vincentelli, le héros de l’histoire, la vedette de l’entreprise, l’acteur porno au nom évocateur de Roy Lapoutre à la renommée mondiale, au sexe démesuré, fantasme de toutes ces dames : un Rocco Siffredi pour les plus anciens.
Lui qui n’hésite pas à donner de son corps, il joue avec humour, avec un naturel désarmant les scènes les plus osées. Il tombe, tout en douceur, amoureux de la veuve dès la première scène et il n’aura cesse de la conquérir : comment ne tomberait-elle pas dans les mailles de son filet avec son charme fou.

hard 5Dans une mise en scène minutée, rigoureuse, précise, Nicolas Briançon a pris beaucoup de risques et a réussi le pari de monter pour la première fois dans un théâtre cette adaptation d’une série télévisée, de mettre en scène une histoire d’amour pas comme les autres.
Sa complicité avec Nicole Croisille et François Vincentelli paye, il tire le meilleur de leurs personnalités. Il les conduit avec habileté là où il veut.

« Hard » au théâtre de la Renaissance : du mardi au samedi à 21h et les samedis et dimanches à 16h30, jusqu’au 06 janvier 2019.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close