Éblouissante Venise

« Éblouissante Venise » au Grand Palais porte bien son nom.

Si vous aimez entre autres la peinture du XVIIIe vous allez être servi.

RMNGP_Venise_40x60.inddLe Grand Palais vous propose un voyage dans la Sérénissime, la république de Venise au XVIIIe siècle jusqu’à sa perte, sa chute devant les armées de Napoléon…qui après conquête n’en voudra pas puisqu’il la cédera à l’Autriche par le traité de Campoformio en date du 17 octobre 1797.

Un voyage dans les arts : la peinture, la sculpture, la musique, les costumes, le mobilier…

Cette riche et très belle exposition se décompose en sept tableaux sur deux niveaux. La scénographie de Macha Makeïeff et Clémence Bezat est fluide et laisse la place à l’admiration des œuvres présentées.

img_7387

Vous êtes accueilli dans le premier tableau 1- La Serenissima Republica Di Veneza par un tableau de Giambattista représentant le Procureur de Mar, Daniele IV Dolfin. Une présence qui vous donne le ton de cette exposition qui n’a pas lésiné sur le florilège des œuvres exposées.

Une Venise très attractive par son régime politique et ses traditions artistiques et musicales.
Les compositeurs, dramaturges, instrumentistes, chanteurs, peintres, sculpteurs, décorateurs parmi les plus brillants de cette époque ont contribué à la renommée de Venise, à son âge d’or.

img_7388

 

La flamboyante Venise qui malgré ses nombreuses fastueuses cérémonies officielles traversa moult crises économiques et sociales qui au final provoquèrent sa chute et sa perte.

 

img_7401
Farinelli par Barttomoleo Nazari

 

 

Dans le tableau 2- La musique à Venise, la musique est partout, six théâtres d’opéra rivalisent pour offrir le plus beau spectacle.
Qui ne connait pas Antonio Vivaldi né à Venise le 04 mars 1678 et mort en 1741 à Vienne en Autriche dans la pauvreté et la solitude…Venise dans ses bonheurs et ses malheurs et qui ne connait pas le célèbre castrat Carlo Maria Angelo Broschi dit Farinelli (1705-1782) ?

 

Le tableau 3- Les arts décoratifs et l’art de vivre à Venise vous propose une exposition de la créativité et du savoir-faire des artistes qui développèrent le luxe. L’opulence est de rigueur, les effets de stucs et fresques éblouissent les yeux des riches propriétaires.

img_7403Poursuivons dans le tableau 4- Les arts à Venise par la découverte de l’extraordinaire vitalité des arts vénitiens : la lumière jouera un rôle primordial dans cette renaissance. Les peintures, les fresques prendront des dimensions gigantesques.

Cette Venise attirera beaucoup d’étrangers aux bourses bien remplies mais néanmoins amateurs éclairés et collectionneurs, ce que nous propose le tableau 5- La diaspora des artistes vénitiens en Europe. Cette manne sera la bienvenue dans une Venise qui traverse une crise économique et permettra aussi de mettre à profit des enjeux diplomatiques : Venise et l’Angleterre, Venise et Paris, Venise et les pays germaniques, Venise et la cour d’Espagne.img_7418

 

Nous arrivons presque à la fin de cette éblouissante exposition avec le tableau 6- Le mythe de Venise. La peinture bat son plein avec ses paysages, trois peintres dominent la seconde moitié du XVIIIe siècle dans cette Venise qui aura développé un mythe celui du pittoresque et du festif. Pietro Longhi, Giandomenino Tiepolo et Francesco Guardi en seront les personnages clés.

 

img_7426Les meilleures choses ont une fin, peut-être pas voulue mais c’est bien la chute de Venise qui conclura cette exposition par le tableau 7- La chute de la république.
Les vingt dernières années de ce XVIIIe siècle verront cette Venise montée au pinacle descendre inexorablement vers sa perte comme annoncée en début de ce billet par sa conquête par Napoléon qui au passage tout en l’occupant l’aura saccagée en partie.
Et ce sont tous les artisans qui firent sa renommée qui partiront les uns après les autres pour trouver d’autres débouchés à leurs arts.
Une Venise ruinée qui se retrouvera bien seule au milieu de cette Europe…

Commissaire de l’exposition : Catherine Loisel

 

« Eblouissante Venise » au Grand Palais jusqu’au 21 janvier.

 

the-vivaldi-album


P.S. J’ai écrit sur billet en étant accompagné de la musique de l’album de Thibault Cauvin « The Vivalvi album » aux éditions Sony Classical, album que je vous recommande.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close