Caravage à Rome

Le musée Jacquemart-André, dans son superbe hôtel particulier du Second Empire, nous propose un voyage dans la période romaine du peintre Caravage (1571-1610) complété avec des tableaux de ses amis et ennemis.
Un exploit pour ce musée d’avoir réussi à regrouper une dizaine de peintures de différents musées qui s’en séparent très difficilement.

 

img_2209

 

Je vous conseille avant de visiter l’exposition de vous arrêter pour visionner, à son entrée, deux films qui retracent sa vie, son œuvre, et qui vous la feront mieux apprécier.

C’est durant cette période romaine, que retrace cette exposition, que Caravage devient Caravage.
Celui qui révolutionna la peinture du XVIIe siècle avec son réalisme et ses « clair-obscur » : il peignait avec un réalisme déconcertant les natures mortes, les fruits.

 

 

img_7610

« Dépouillant la couleur de tout artifice et de toute vanité, (il) rendit aux teintes leur vigueur,…ramenant ainsi les peintres à l’imitation de la nature. » Giovanni Pietro Bellori

Une exposition composée de 8 salles montrant les différentes étapes de sa vie jusqu’à sa fuite de Rome en 1606 et son décès le 18 juillet 1610 à Porto Ercole.
Une exposition ou s’intercale des peintures de ceux que l’on considère ses amis, ses premiers « disciples » tels que : Orazio Gentileschi ou Bartolomeo Manfredi et ceux considérés comme ses ennemis, hostiles à son art, tels que : Annibal Carrache ou Cavalier d’Arpin.

img_7607

Vous débuterez votre visite par un thème fort dans la vie de cet artiste, celui de la « décapitation » : une violence crue pour continuez par le thème de la musique agrémenté de natures mortes évoquant ainsi une facette poétique du peintre et la complexité de ses conceptions artistiques.

img_7611

Poursuivons avec le modèle vivant, l’un des fondements de l’art caravagesque ; l’étude du nu masculin sur fond de thème sacré.
Les contemporains ne seront pas en reste, eux qui ont méprisé Caravage.
Le thème de la méditation est aussi très fort chez Caravage : le silence de l’âme, la prière.

img_7617

Sans pour autant négliger un thème essentiel pour le peintre celui de la passion du Christ.img_7618

Nous terminons la visite par le dernier thème, celui de la fuite, lorsque qu’il se réfugie sur les terres des Colonna, à Paliano. Encore une sombre histoire de bagarre pour semble-t-il des dettes de jeu, lui qui fut condamné puis gracié par le pape Paul V : il ne retournera jamais à Rome, ville où il se fit un nom.

Une exposition, certes peu fournie en tableaux, mais saisissantes de beauté par les remarquables peintures présentées. Un peintre qui révolutionna la peinture au XVIIe siècle, qui imposa un style : celui de mettre les ombres en clair-obscur.

N’hésitez pas à prolonger votre visite pour admirer les splendides collections du musée : l’école française du XVIIIe siècle, la peinture hollandaise, la peinture anglaise et la renaissance italienne.

Commissaires de l’exposition : Francesca Cappelletti et Pierre Curie

« Caravage à Rome », amis et ennemis, au musée Jacquemart-André jusqu’au 28 janvier avec des nocturnes supplémentaires au programme.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close