Un coeur sauvage

 

« Un cœur sauvage » de Christophe Botti mis en scène par Frédéric Maugey au théâtre Le Funambule est une ode à la Jeunesse, à l’Amour, à la Différence, à la Tolérance.

 

nouveau visuel affiche

Cette pièce écrite en 2005 est plus que d’actualité avec cette montée de l’homophobie que l’on constate malheureusement en France de nos jours.
Comment dans ces conditions des jeunes adolescents peuvent-ils faire leur « coming out » et vivre leur sexualité au grand jour sans avoir peur des représailles, qu’elles soient familiales ou de la société.
Comment accepter le suicide pour réponse ?

Sur scène, trois lycéens, adolescents de 17-18 ans que nous suivons avec tendresse et humour dans leur parcours de vie, dans leurs premiers émois, dans leurs recherches d’identité.
Prisonniers du carcan de cette société, de ses normes, dans laquelle ils vivent, avec leurs maladresses, leur vocabulaire, dans une pièce très bien écrite, ils vont oser mettre des mots sur leurs situations. Ils vont se débattre pour éclore, pour comprendre comment ils sont faits, à la découverte de leurs corps, pour vivre et grandir tout simplement au milieu de ces adultes dont un jour ils feront partie.

dsf3205

Faut-il renoncer à son identité pour se fondre dans le moule de cette société où le regard des autres peut-être destructeur, ou combattre, l’accepter et la revendiquer ?
D’ailleurs pourquoi combattre ? N’oublions jamais les paroles d’Aznavour dans sa chanson « Comme ils disent » : « et je précise, que c’est bien la nature qui est seule responsable si je suis un homme, oh !, comme ils disent… ».

imagesUne fille, deux garçons : trois cœurs sauvages qui vont essayer de s’apprivoiser dans un triangle amoureux : amitié, amour : où est la frontière ?

Dans cette pièce il n’est point question de morale, au contraire leurs échanges sincères vont leur permettre de matérialiser leurs sentiments, Mathan amie d’enfance de Virginie ne ressent rien quand elle ose l’embrasser ; en revanche son cœur palpite quand il rencontre le petit ami de Virginie : François. Elle qui s’est retournée vers lui quand elle s’est sentie rejeter par Mathan, bien malgré lui.
dsf3277

Mathan qui se réfugie dans le dessin pour exprimer ses sentiments qu’il a envers François.
Un François qui dans un premier temps le rejette lui aussi mais qui au fil des jours, des rencontres avec Mathan va finir par lâcher prise et être troublé par cette relation naissante.
Les mains se touchent, les lèvres s’effleurent, les bouches s’unissent, les corps s’assemblent, et c’est l’explosion, la confirmation de sa nature, s’affirmer, mais aussi le doute qui s’installe, le rejet comme défense : comment s’accepter ?
Oser franchir le pas, mais dire à 17 ans que l’on est différent de ce que la société voudrait, que l’on est homosexuel, c’est malheureusement accepter d’être harcelé, pour eux au lycée.

dsf3258

Dans une écriture qui nous interpelle, Christophe Botti dépeint avec réalisme les turpitudes de cette jeunesse face à son avenir. Cette jeunesse qui rêve elle aussi de fonder une famille, d’être heureuse mais à sa manière, dans son choix de vie.

Mathan est joué par Douglas Lemenu avec sensibilité et émotion ; pour sa première fois sur scène il donne vie à ce personnage tout en interrogation sur sa sexualité. Il est frais, il capte notre regard, il nous émeut.
Virginie, jouée par Léa Malassenet, est secouée entre deux « hommes », elle donne beaucoup de tendresse à son rôle en découvrant ses sentiments pour ses amis.
Thomas Violleau joue François avec intelligence et fragilité, celui qui a bien du mal à s’y retrouver dans son intimité.

Frédéric Maugey, dans sa mise en scène fluide qui va à l’essentiel, dirige ces trois jeunes comédiens tellement justes dans leurs interprétations, à l’unisson dans leurs jeux. Ils ont la passion pour moteur. Ils méritent d’être encouragés.
La musique d’Abel L donne de la couleur à ces rencontres sous les lumières de Nicolas Laprun dans une scénographie de Julien O.

« Un cœur sauvage » qui donne envie de connaître la trilogie dont il est issu avec « Un cœur en herbe » et « Un cœur de père ».

« Un cœur sauvage » au théâtre Le Funambule, les lundis à 21h00 et les mardis à 19h30 jusqu’au 30 avril.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close