La grande petite Mireille

 

« La grande petite Mireille » sur des musiques de Mireille au théâtre du Petit Montparnasse de Marie-Charlotte Leclaire et Hervé Devolder, qui signe également la mise en scène, est une leçon de vie pétillante.

 

Affiche-La-Grande-Petite-Mireille-webUn directeur de casting apparaît sur scène pour auditionner des chanteuses, en vue de monter un spectacle sur la grande Dalida. Il est au téléphone, il semble nerveux, tout ne se déroule pas comme il le voudrait.
La lumière descend dans la salle mais pas assez car j’entends ronchonner, les personnes assises devant moi n’ont pas compris que nous sommes au cœur de l’action : nous allons assister à une revue musicale qui va enchanter nos oreilles.
Une jeune femme se présente, elle commence à chanter et c’est la catastrophe, le directeur de casting la stoppe net dans son élan, avec sa voix fluette et ses frisettes, elle est à cent lieux de correspondre à ce qu’il attend pour le rôle.
Sans fracas, il lui demande de partir mais dans un éclair de génie, il comprend tout de suite l’intérêt qu’il peut tirer de la situation.
Sa silhouette, sa voix et ses frisettes lui font tout de suite penser à la grande petite Mireille que tout le monde connaît, enfin presque, via le petit conservatoire de la chanson.
JSTEY-0887Pour ma part, j’en garde un souvenir unique, puisque j’avais eu la chance pendant mon adolescence d’assister à un de ses cours, et je crois même qu’Yves Duteil était ce jour-là de la partie.
En voyant Marie-Charlotte Leclaire sur scène tant de souvenirs me sont remontés à la mémoire : c’est simple je voyais sur scène Mireille !

Nos deux auteurs ont construit un remarquable spectacle autour de la vie de Mireille. Une vie remplie de surprises, de rencontres, de succès, une vie comblée par l’amour de son art et de son mari, le philosophe Emmanuel Berl qui a dû ramer, comme l’on dit aujourd’hui, pour conquérir son cœur. C’est qu’elle lui a donné du fil à retordre, mais il a tenu bon et ils se sont aimés pendant des décennies. Ils ont traversé la guerre, leur origine juive les a fait fuir de Paris, de leur magnifique appartement situé rue de Montpensier avec au jardin le théâtre du Palais Royal et à la cour la Comédie Française : quoi rêver de mieux ?
Après un séjour en Corrèze, où la résistance était leur plat, un retour sur Paris après la guerre les amena à fréquenter les impressionnants Jean Cocteau, Sacha Guitry, Albert Camus, André Malraux, et tant d’autres. Un carnet mondain bien rempli et parmi les plus festifs.

JSTEY-0422Un spectacle qui nous apprend beaucoup de choses sur sa vie, où tout commence par sa rencontre avec Jean Nohain, le célèbre parolier, frère de Claude Dauphin, frère qui aura sa part dans cette extraordinaire aventure qui les liera pendant des décennies : Mireille compose et Jean Nohain écrit. Leur première comédie musicale « Fouchtra » n’obtient pas le succès escompté, mais rapidement New York lui fait les yeux doux et elle se laisse tenter. Elle part aux Etats-Unis, viendra ensuite Hollywood où elle se prêtera à la comédie dans les films de Douglas Fairbanks, elle croisera sur sa route Buster Keaton.
Mais le destin en a décidé autrement, un titre de sa comédie musicale « Fouchtra » fait un tabac en France et elle décide de rentrer.
Sage décision, car sa carrière ira crescendo, elle composera pour les plus grands, Jean Sablon, Maurice Chevalier, Yves Montand. Puis c’est le début de « Petit conservatoire » qui vit éclore tant de vedettes, comme Alice Dona, Hervé Cristiani, Yves Duteil, Françoise Hardy (imitation à mourir de rire) ou encore Alain Souchon. Elle sera à l’origine d’une nouvelle génération de chanteurs.

JSTEY-1218Quelle superbe idée de mettre dans les feux des projecteurs cette grande petite Mireille.
Marie-Charlotte Leclaire est plus vraie que nature : elle est Mireille. Elle est irrésistible et nous montre une Mireille toute gentille, mais qui tout de même était un peu vacharde avec ses élèves. Beaucoup d’humour et de complicité avec ses partenaires Adrien Biry-Vicente et ce soir Cyril Romoli.
Ces trois artistes savent tout faire, ils chantent, jouent du piano (leur numéro à trois sur le clavier est irrésistible), jouent la comédie, imitent, parodient. Un bonheur de les écouter et de suivre leur enthousiasme sur des airs qui n’ont pas pris une ride.

Le spectacle est orchestré d’une main de maître par Hervé Devolder qui connaît toutes les ficelles du métier. Un ballet enchanteur dans des lumières de Denis Koransky et des costumes de Jean-Daniel-Vuillermoz.

Nous sortons de la salle avec des refrains dans la tête, certes pas couchés dans le foin, avec le soleil pour témoin, mais heureux d’avoir partagé cette récréation avec des artistes remplis de talents.

 

« La grande petite Mireille », au Petit Montparnasse, du mardi au samedi à 19h, matinée le dimanche à 17h.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close