Mademoiselle Julie

 

« Mademoiselle Julie » d’August Strindberg dans une traduction de Terje Sinding au théâtre de l’Atelier dans une mise en scène de Julie Brochen est une vision beaucoup plus animale de cette pièce, à la construction tragique.

 

afiiche-page-001Il y a deux pouvoirs dans cet univers qui nous est présenté, celui de la hiérarchie et celui de l’homme. Une vision plurielle de la domination où le dominé et le dominant se retrouvent chacun leur tour en position de force.
Une nouvelle mise en scène, après de très nombreuses adaptations, qui met l’accent sur la prédominance de l’homme, représentée par le valet « Jean » sur la femme « Mademoiselle Julie » ; avec la particularité que l’homme se rapproche par sa voix de la féminité tandis que la voix de la femme se rapproche de la masculinité. Un choix judicieux des comédiens qui engendre le malaise que nous vivons pendant cette nuit d’été interminable, celle de la Saint-Jean.
Au milieu surnage une voix neutre celle de la cuisinière, qui par son rôle sème le trouble dans cette relation qui évolue vers la perdition.
Lorenzo Albani a créé le décor unique d’une immense cuisine, lieu des échanges, des conflits, des bavardages, de cette tragédie naissante, dans lequel il y a quatre colonnes. Des colonnes délimitant l’espace de jeu, symbolisant l’élévation de ces âmes « perdues » dans ce lieu réservé aux petites gens et donnant accès aux sorties fuyantes, permettant la respiration des protagonistes.

Reportage Pièce Mademoiselle Julie, mise en scène Julie Brochen avec Anna Mouglalis et Xavier LegrandUn valet qui est amoureux de la fille de son patron, une cuisinière qui pourrait être la fiancée du valet et la fille qui joue de son pouvoir de séduction, de son pouvoir tout court.
Un jeu de séduction qui tourne par la case mépris, par la case orgueil. Un mépris réciproque entre serviteurs et maîtres, tout comme leurs orgueils qui ne se cachent pas sous leurs mouchoirs.
Certes Mademoiselle Julie a pour elle la supériorité de sa classe due à sa naissance, son éducation, de la vision de sa mère qui lui a inculqué une haine féroce envers la gent masculine ; mais fait-elle le poids devant celle d’un homme qui connaît sa place dans cette société bien orchestrée ?
Une lutte sans merci où tous les coups sont permis, où chacun se dévoile jusqu’au plus profond de son être pour finalement ne pas se comprendre. La violence d’une scène de ménage qui en fait n’en est pas une, compte tenu des mondes qui les séparent.
Un jeu de séduction animale de cette Mademoiselle Julie qui comme une enfant fait son caprice et ne comprend pas qu’on lui résiste, ou qui fait celle qui ne comprend pas.

Reportage Pièce Mademoiselle Julie, mise en scène Julie Brochen avec Anna Mouglalis et Xavier LegrandUne mise en scène qui se déroule comme l’apprentissage d’une danse, où les pas, les tournoiements, les éloignements et les rapprochements, sur un tapis de pétales de fleurs, viendront enivrer les personnages et emporter dans leurs sillages les spectateurs.
Les silences aussi importants que les dialogues captent l’attention du spectateur, et intensifient le malaise de cet affrontement auquel nous assistons muets, absorbés par un texte surprenant, poignant, jusqu’au lever du jour, fin de cette unité, où la magnifique voix de Gribouille nous ensorcelle avec son « Dieu Julie ».
Une fin saisissante à ce jeu de piste construit habilement par August Strindberg dont ses déboires amoureux accentuent la dramaturgie, avec un valet droit dans ses bottes qui doit servitude à son maître, ses coups de sonnettes ne laissant aucune place à l’oisiveté.

Reportage Pièce Mademoiselle Julie, mise en scène Julie Brochen avec Anna Mouglalis et Xavier LegrandAnna Mouglalis dans le rôle de Mademoiselle Julie et Xavier Legrand dans le rôle de Jean forment un duo remarquable en tous points dans la justesse de leurs jeux, de la transmission de la psychologie des personnages. Ils éclairent d’un jeu nouveau cette pièce tant jouée dans le monde entier.
L’ambivalence des personnages, des caractères est saisissante de vérité : qui est qui ? Qui manipule qui ?

Reportage Pièce Mademoiselle Julie, mise en scène Julie Brochen avec Anna Mouglalis et Xavier Legrand

 

Une mise en scène discrète, musicale de Julie Brochen qui joue également le rôle de Kristin, la cuisinière. Une mise en scène entre la lumière et la pénombre de Louise Gibaud tout comme les silences avec lesquels elle fait jouer ses comédiens. Une retenue palpable pour donner encore plus de relief au déchirement des deux êtres…humains.

 

 

« Mademoiselle Julie » au théâtre de l’Atelier, du mardi au samedi à 19h et matinée le dimanche à 15h, jusqu’au 21 juin.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close