L’Heureux stratagème

« L’Heureux stratagème » de Marivaux mis en scène par Ladislas Chollat au théâtre Edouard VII est une comédie sur l’Amour, l’hypocrisie et ses cruautés.

Une comédie pas souvent jouée, pour preuve ce fut une première pour la Comédie Française l’année dernière au Vieux-Colombier dans une mise en scène d’Emmanuelle Daumas qui m’avait laissé sur le banc.
Dans cette comédie en prose, en trois actes, de Marivaux, magnifiquement écrite comme une musique dont on ne se lasse pas, c’est la femme qui en fait voir de belles aux hommes : un Don Juan en jupon.
Pourquoi la femme n’aurait-elle pas le droit de s’amuser comme le font les hommes impunément ? Pourquoi ce titre de Don Juan serait-il réservé exclusivement aux hommes.

 

Edouard7_LHS_40x60_1200x1800Une intrigue simple décrit cette comédie qui tourne essentiellement autour de la Comtesse, une Comtesse qui change d’humeur comme elle dit bonjour et qui ne voit pas pourquoi elle devrait aimer un homme au prétexte qu’il l’aime. Elle revendique sa quête de liberté.

Les yeux de la Comtesse ont croisé ceux du Chevalier Damis et bing l’étincelle a fait chavirer leurs cœurs : un coup de foudre.
Seulement voilà Dorante est amoureux fou de la Comtesse et le Chevalier Damis est normalement destiné à la Marquise.
Le regard toujours aiguisé de Marivaux, sur cette société, apporte son lot de surprises, de joutes verbales, avec la manifestation de l’attachement des domestiques pour leurs maîtres, tout en se liant eux-mêmes et en y trouvant leurs intérêts. Ils ne perdront pas une miette des tromperies, mensonges proférés par leurs gourous.

Blessée par cette trahison, commence alors à germer dans la tête bien faite de la Marquise un plan diabolique dont Dorante sera partie prenante, afin que les infidèles rentrent dans le droit chemin : une feinte, un stratagème qui finira par être heureux, enfin en partie.

Dans une mise scène fluide, brisant le quatrième mur, Ladislas Chollat donne un rythme souple, léger, léger comme l’amour, à cette comédie. Les années folles dans laquelle il la situe permettent avec les effluves de l’alcool, la fête, l’ivresse de la tentation, un rapprochement des corps où les baisers abondent. Une musique toute nuancée de Frédéric Norel provenant de la demeure accentue le charme de ces soirées d’été éclairées délicatement par Alban Sauvé, où la brise du jardin, dans un décor d’Emmanuelle Roy, vient chatouiller les cœurs brisés tout en nous faisant rire.

LHS_2019-09-16_I7I0401

Un quatuor mène le bal :
Je découvre avec admiration pour la première fois sur scène Sylvie Testud, elle déploie beaucoup de charme, de malice, d’ingéniosité pour endosser le costume de cette femme éprise de liberté. Un jeu tout en fraîcheur dans cette nuit qui promet d’être chaude.
Face à elle, Jérôme Robart, avec un accent gascon qui n’en a que le nom, ou plutôt devrai-je dire le parrain à l’accent mafieux, emporte les spectateurs dans des rires désacralisant la situation. Depuis que je l’ai connu dans les six saisons de la série, je dois dire que j’ai un faible pour le jeu tout en subtilité de « Nicolas Le Floch », au langage aussi riche et joyeux que celui de Marivaux : c’est un bonheur de le retrouver. Mais dans le cas présent ce sont ses facéties qui retiennent mon attention, il aurait très bien pu nous chanter « paroles, paroles ». Il est le soleil dans cette comédie aux allures tragiques.
Pour la première fois sur scène Suzanne Clément est impressionnante de vérité, elle incarne tout en finesse et avec conviction cette femme bafouée. A la fois élégante dans sa belle robe, au port altier, et déterminée dans son expression, elle canalise les regards.
Dorante joué par Eric Elmosnino est tout simplement attachant dans son rôle d’amant délaissé qui combat l’adversité. Il brille dans ses larmes et donne envie d’être consolé, il joue les caliméros à merveille.LHS_2019-09-16_I7I0362

Il n’y a pas de maîtres sans valets, et nous ne sommes pas en reste avec eux, ils œuvrent depuis la coulisse : Lisette, au service de la Comtesse, jouée tout en émotion par Roxane Duran, déploiera toute son énergie pour « sauver » les couples en y perdant même son latin. Elle est aidée par son amoureux Arlequin, valet de Dorante, joué loyalement par Simon Thomas. Un Arlequin aux prises des tourments de l’Amour. Un couple de serviteurs qui sera écartelé par Florent Hill, au service du Chevalier Damis, dans le rôle de Frontin, épris de la belle Lisette.
Pour compléter cette distribution homogène, il y aura le paysan, père de Lisette, qui par tous les moyens à sa portée veillera aux intérêts de sa fille. Un paysan, dont on comprendra juste ce qu’il faut pour l’intrigue, joué tout en belle franchise par Jean-Yves Roan.

Un Marivaux qu’il est plaisant d’écouter, de regarder, joué par des comédiens pleinement investis dans leurs rôles.
Les applaudissements chaleureux du public conquis viennent en témoigner.

 

« L’Heureux stratagème » au théâtre Edouard VII, du mardi au samedi à 20h, matinées les samedis et les dimanches à 16h. Attention changement d’horaires à partir du 12 décembre, jusqu’au 05 janvier 2020.

1 réflexion sur « L’Heureux stratagème »

  1. Bonjour,
    Une merveille cette pièce! On en redemande, il faudrait comme l a suggéré une fan le capturer pour la télé. Bravo tout spécial à Monsieur Robart!!💟💟💟

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close