Le bateau pour Lipaïa

Le bateau pour Lipaïa d’Alexei Arbuzov (créé à Lodz en Pologne sous le titre « comédie à l’ancienne » ) adapté en français par Pol Quentin fut créé en septembre 1977 par Edwige Feuillère et Guy Tréjan à la comédie des Champs-Elysées.

Admirable Pol Quentin a qui on doit la fabuleuse adaptation de « Amadeus » de Peter Shaffer et qui il y a quelques années m’avait confié que pour lui la plus belle réplique de théâtre était : « Ouvrez ce secrétaire et donnez-moi cette lettre. » (première réplique de « La parisienne » d’Henri Becque.)

Mais revenons à notre bateau qui cette fois-ci a trouvé la vague de Claire Guillon qui a eu un coup de cœur pour ce texte en l’adaptant et on le sent dans son jeu.

 

LBPL 3

 

Nous sommes à la fin du mois de juillet, une belle journée d’été dans le golfe de Riga, en Lettonie.
Rodion Nikolaievitch, médecin chef d’un sanatorium, rencontre Lidia Vassilievna venue se reposer quelques semaines.
Et c’est le début de l’histoire de deux solitudes, de deux personnes plus toutes jeunes qui vont enfin trouver un sens à leur vie. Une histoire toute soviétique, d’une naïveté que nous occidentaux avec notre esprit cartésien avons du mal à comprendre.

 

 

Un bougon, miné par un deuil cruel, qui n’aime pas que l’on bouscule le fil de sa vie bien ordonné rencontre une femme à son opposé, qui a souffert mais qui est pleine de vie, de gourmandises.
LBPL 2

À première vue leur rencontre semble vouée à l’échec mais cupidon n’a pas dit son dernier mot.

C’est par de petites touches sensibles ou drôles que l’action va progresser et que nous allons découvrir, leurs tragédies, leurs solitudes, leurs univers bien différents et pourtant si proches.

Tour à tour dans la joie, les sourires et les larmes nos deux « amoureux » vont se confronter, se livrer pour ne faire plus qu’un : c’est par le dialogue et l’écoute qu’ils vont apprendre à se connaître.
Cette jolie comédie porte bien le nom de sa création : comédie à l’ancienne…

 

LBPL 1Deux beaux rôles interprétés d’une part, par Claire Guillon qui incarne avec douceur, fantaisie et légèreté cette Lidia qui ne cherche que le bonheur.
Et d’autre part, par François Guillotte qui campe un Rodion maladroit, sincère avec une pointe d’humour au coin de l’œil.

Alain Prioul quant à lui signe une mise en scène qui évite la mièvrerie, dans un décor dépouillé qui va à l’essentiel, pour ne se concentrer simplement que sur l’expression des messages que nous délivrent Lidia et Rodion.

Laissez-vous embarquer à bord de ce bateau pour une belle croisière.
Laissez-vous porter par ce message d’espoir et par le plaisir de partager un bonheur naissant qui pourrait être le vôtre, dans ce bateau qui devrait trouver son rythme de croisière après quelques traversées.

 

« Le bateau pour Lipaïa » : à La comédie italienne, les 27 septembre et  4, 5, 11, 18, 19, 25 octobre à 20h30

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close