La machine de Turing

 

« La machine de Turing » de Benoit Solès au théâtre Michel dans une mise en scène de Tristan Petitgirard poursuit sa fulgurante carrière après la récompense méritée de quatre Molières.

C’est dans une salle pleine, où pas un seul strapontin n’était disponible, que j’ai assisté pour la seconde fois (voir mon billet consacré à la première parisienne du 04 10 18) au destin tragique d’Alan Turing, interprété cette fois-ci par Matyas Simon ; Eric Pucheu lui donnait la réplique.
Le charme a une nouvelle fois opéré, nous scotchant dans notre fauteuil jusqu’à la scène finale.

 

affiche

 

Tout commence et finit par la pomme, non pas celle de Blanche Neige, quoique, mais celle qui deviendra le logo d’une célèbre marque d’ordinateur.
Un ordinateur qui doit son inspiration, le jour, à ce fameux mathématicien qui se nomme Alan Turing.
Une pomme qui dispense ses bienfaits tout comme la fin d’une existence où la souffrance n’avait plus sa place, une pomme qui sera le témoin de son suicide le 07 juin 1954.

« C’est l’histoire d’un homme qui court. Son cœur bat à plein régime dans sa poitrine…Après quoi court-il, après quel savoir, après quel mystère ?
…C’est une histoire de rigueur et de créativité, de raison et d’instinct, de corps et d’esprit. »

C’est l’histoire d’Alan Turing écrite, avec brio par Benoit Solès, en quelques épisodes bien choisis de sa vie. Un mathématicien qui mit son talent au service de la guerre pour l’enrayer, en s’isolant de ses contemporains avec qui les relations lui semblaient difficiles.
Une vie remplie par l’amour qu’il portait à jamais dans son cœur, à son amour de jeunesse : Christopher Morcom.

La Machine de TuringUne pièce de théâtre qui met en avant l’existence d’un homme bafoué, isolé de l’histoire, de notre histoire, mais qui pourtant lui doit tant. Celui qui décrypta « Enigma ».
Cette mise en lumière salutaire nous réconforte dans ce que l’homme a de bon. Même si aujourd’hui encore, beaucoup n’ont pas compris ce message et ne reconnaissent pas la liberté de vivre ensemble selon ses orientations, que l’on soit homosexuel ou pas.

Cette « nouvelle » version n’a rien à envier à « l’originale ».
Matyas Simon et Eric Pucheu sont fabuleux, ils se sont approprié le texte, la scène avec une gourmandise rayonnante. Avec intelligence, ils ont donné vie aux personnages.

 

La Machine de TuringMatyas Simon, remarqué dans « Miracle en Alabama », avec sa sensibilité joyeuse donne corps avec finesse à cet Alan Turing, un personnage très complexe.
Dans un jeu de va-et-vient, le passage est très réussi, tout en légèreté, du narrateur à celui de Turing. Une construction précise, très aboutie, avec les mimiques inhérentes à l’homme.
Nous sommes captés et en empathie avec cet homme au destin tragique.

 

La Machine de TuringEric Pucheu, qui avait brillé avec son rôle de « Léo » dans la pièce « Edmond » d’Alexis Michalik au Palais Royal, a la difficile tâche de renvoyer la balle sous diverses apparences à Matyas Simon : il est maître de ses quatre rôles en leur donnant du coffre, de la dureté, de la lumière, juste ce qu’il faut pour former un duo de choc avec Matyas. Des rôles qui ont marqué la vie d’Alan Turing.

C’est un duo remarquable, fusionnel, aux corps et aux voix qui ne lâchent rien, qui diffuse une mélodie captivante aidée par la musique de Romain Trouillet dont j’ai à plusieurs reprises fait l’éloge dans mes billets.

Tristan Petitgirard aidé d’Anne Plantey a su donner un nouveau souffle à cette histoire en mettant en exergue les émotions, les qualités de ses nouveaux interprètes, tout en ne réalisant pas un copier-coller. Une mise en scène efficace, légère comme sa musique qui met du soleil dans la noirceur de ce marathonien.

Une véritable ovation a salué ce duo qui mérite votre visite pour une très belle soirée assurée.

 

« La machine de Turing » au théâtre Michel, du mardi au samedi à 21h, matinée le dimanche à 15h30.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close