Les hauts de Hurlevent

 

« Les hauts de Hurlevent » d’ Esteban Perroy d’après l’œuvre d’ Emilie Brontë dans une mise en scène de William Mesguich au théâtre des Gémeaux est une formidable épopée aux allures Shakespearienne dans sa forme dramatique.

 

C’est par un froid de gueux, à l’automne 1801, sous un tonnerre glaçant, que commence, par le récit de la gouvernante Nelly Dean jouée tout en gentillesse par Viviane Marcenaro, cette histoire dans un salon de la vieille bâtisse robuste comme un roc : Hurlevent.

Une bâtisse qui a vécu tant de drames qu’elle n’en est plus à un près. Les lumières de William Mesguich accompagnées de la musique de Maxime Richelme souligneront tout au long de cette machination la noirceur du propos.
Cette création est une libre interprétation d’Esteban Perroy, le maître de l’improvisation que j’avais découvert dans « Colors » au théâtre Michel avec ce soir là une guest star au nom de William Mesguich (cliquez). Autant dire que ce duo se connaît très bien et qu’il travaille en parfaite harmonie pour mener cette aventure qui va se dérouler sous nos yeux avides de sensations fortes : nous sommes là pour ça, il ne faut pas se le cacher. Nous sommes des voyeurs doux comme des agneaux.

Trois femmes, trois hommes vont se partager les différents rôles de ces personnages cruels en mal d’Amour : cœur de l’intrigue. Dans ces histoires de cœur intervient toujours le sexe, l’argent et l’amour, avec sous-jacentes la haine, la vengeance, et nous n’y échapperons pas.
La violence des propos, des combats seront balancés par l’humour féroce, noir de chez noir, que développera Esteban Perroy dans ses répliques un tantinet machistes, alimentées par ses fantasmes.

De révélations en révélations, nous suivrons sans en perdre une miette, dans un suspens captivant, dirigé de main de maître par William Mesguich, l’aventure de nos héros au final digne des plus grandes tragédies.

Heathcliff joué par William Mesguich tel un aigle noir évoluant dans une folie mesurée, le fils adopté du domaine, réclame sa dette de jeu auprès de Hindley, le fils légitime, interprété habilement par Guillaume Sentou qui a perdu. Il réclame, sur le chant, tout simplement, acte notarié en poche, la propriété de Hurlevent. Dans sa bonté qui le perdra il permet à ce dernier, compte tenu du temps orageux, de passer la nuit dans la porcherie. Un geste d’une grande mansuétude quand on connaît ses penchants sadiques.

Dans cette bâtisse, où règne le malheur, vit leur sœur Catherine sous les traits gracieux de Gwendolyn Gouvernec. Elle est malade et Hindley refuse de la laisser aux griffes de Heathcliff. Mais rien n’y fait il doit partir et se réfugie chez son beau-frère Edgar Linton, qui convoite lui aussi le domaine. C’est Esteban Perroy qui joue ce fourbe personnage tout en légèreté…une brise légère dans ce drame qui fait du bien.
Ce fourbe a une sœur qu’il garde sous sa coupe, une sœur qui pourrait bien lui servir, en temps voulu, de monnaie pour s’approprier Hurlevent. Flavie Leboucher est le papillon ce cette soirée, elle joue tout en insouciance cette femme ballotée entre la raison et l’amour.

Dans des costumes à la ligne parfaite d’Alice Touvet, nos protagonistes n’auront comme souci que de récupérer par tous les moyens, honnêtes ou pas, leur dû. Enfin ce qu’ils pensent être leur dû.

La haine attise la haine, le sang appelle le sang, tel sera leur crédo.

 

Une belle troupe investie complètement dans leurs rôles où chacun est au service de l’autre sans attirer la lumière.


Un spectacle par nuit de pleine lune qui rassurez-vous ne vous transformera pas en loup-garou.

 

« Les hauts de Hurlevent » au théâtre des Gémeaux, jusqu’au 31 juillet à 19h40.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close